Bactérie tueuse: 7 millions d'euros de perte pour le secteur des fruits et légumes en Espagne

ALIMENTATION Et les exportations ne sont toujours pas revenues à leur niveau habituel...

© 2011 AFP

— 

De la main d'oeuvre dans une exploitation agricole en Espagne en 2004.
De la main d'oeuvre dans une exploitation agricole en Espagne en 2004. — FERRARI/NECO/SIPA

Les exportations de fruits et légumes espagnols n'étaient toujours pas revenues à la normale lundi, dix jours après le début de la crise sanitaire au début de laquelle ont été mis en cause par erreur les concombres espagnols, ont affirmé les producteurs du pays.

Baisse des exportations

«Les exportations espagnoles de fruits et légumes ne sont toujours pas normalisées lundi», a indiqué dans un communiqué la Fédération espagnole des producteurs-exportateurs de fruits et légumes (Fepex).

«La décision de la Russie [d'imposer un embargo sur les fruits et légumes européens] a des répercussions négatives, il y a des camions espagnols bloqués à la frontière», a expliqué à l'AFP une porte-parole de la Fepex, tandis que «les exportations vers l'Allemagne restent pratiquement paralysées».

«En plus des légumes, les fruits à noyau ont commencé à être eux aussi très affectés, non seulement parce que les envois ont été paralysés toute la semaine dernière, mais aussi parce que cette situation a entraîné une chute des prix de 35% depuis le 27 mai, selon les estimations des producteurs d'Andalousie», a précisé la Fepex.

7 millions d'euros de perte

La perte pour les fruits à noyau dans la région de Séville, principale zone de production en Andalousie, est estimée par le secteur à 7 millions d'euros sur la semaine passée.

«La demande en fruits et légumes n'a pas repris et cela est dû en grande partie à l'absence de rectification claire et forte de la part des autorités allemandes et communautaires», a jugé la Fepex, laquelle a chiffré ces derniers jours la perte globale du secteur à 200 millions d'euros par semaine.

De son côté, la ministre de l'Agriculture Rosa Aguilar a indiqué, lors d'un entretien à la télévision publique, que l'Espagne allait demander, lors du sommet européen extraordinaire convoqué mardi, à être «dédommagée à 100%» des pertes subies.

«Nous avons indiqué à l'Allemagne qu'elle doit dédommager le préjudice créé, si elle le fait à 100%, qui est ce que nous revendiquons, l'affaire sera close, sinon nous nous réservons le droit (de lancer) une action légale», a-t-elle dit.