Grèce: Des milliers de morts toucheraient une retraite

E.M. avec Reuters

— 

En Grèce, il est possible d'être mort et de toucher une retraite. L'Etat continue ainsi de verser des pensions à des milliers de personnes pourtant décédées depuis longtemps, a déclaré lundi la ministre grecque du Travail.

Fraude sociale

Louka Katseli s'est engagée à lutter contre la fraude aux prestations sociales, un phénomène qui pèse sur le budget de la Grèce.

Le gouvernement, qui a engagé le pays dans une cure d'austérité drastique exigée par ses créanciers, a décidé d'enquêter sur le nombre suspect, à ses yeux, de centenaires percevant une retraite, environ 9.000.
                                   
«Nous vérifions actuellement combien d'entre eux sont encore en vie», a dit Louka Katseli dans une interview au quotidien Ta Nea.

4.500 fonctionnaires décédés

En recoupant des statistiques, le gouvernement s'est déjà rendu compte qu'environ 4.500 fonctionnaires décédés continuaient de toucher une pension, ce qui coûte plus de 16 millions d'euros par an à l'Etat, a-t-elle souligné.
                                   
Le ministère du Travail s'est engagé à réduire ses dépenses d'environ huit millions d'euros sur la période 2012-2015 dans le cadre de l'austérité exigée par l'Union européenne et le Fonds monétaire international pour continuer à soutenir financièrement la Grèce.
                                   
Une lutte plus efficace contre la fraude permettrait à la Grèce de remplir une grande partie de ses objectifs sans avoir à rogner sur les prestations sociales, juge le gouvernement.
                                   
«La consolidation fiscale sans coût social est possible, pourvu qu'il y ait de la volonté, de la persévérance et de l'efficacité», a expliqué Louka Katseli.