Vers un nouveau plan de sauvetage pour la Grèce?

CRISE DE LA ZONE EURO Des précisions pourraient être apportées ce vendredi...

E.M. avec Reuters
— 
Manifestations en Grèce à Athènes contre le plan de rigueur du gouvernement le 27 mai 2011.
Manifestations en Grèce à Athènes contre le plan de rigueur du gouvernement le 27 mai 2011. — Petros Giannakouris/AP/SIPA

La Grèce devrait bien bénéficier d’un nouveau plan d’aide. Selon une source proche des négociations, les responsables de la zone euro se sont mis d'accord sur le principe d’un nouveau programme d'ajustement de trois ans pour le pays.

Plan de sauvetage

La Commission économique et financière (EFC) de ministres délégués et de hauts responsables de la zone euro a ainsi donné son feu vert à une aide supplémentaire à Athènes à l'issue de discussions à Vienne qui se sont achevées dans la nuit de mercredi à jeudi, a précisé cette source.

Ce deuxième programme d'aide succèdera au plan de sauvetage de 110 milliards d'euros défini en mai 2010. Il fera appel à la participation d'investisseurs privés, mais dans des proportions limitées pour éviter de provoquer un choc sur les marchés, a poursuivi la source.

Les modalités de cette participation ainsi que la part de l'aide internationale doivent encore être définies d'ici une réunion des ministres des Finances de la zone euro prévue le 20 juin, a-t-elle encore précisé.

65 milliards d’euros?

Le montant de cette aide financière n’est pas connu. Mais elle doit couvrir les besoins de financement de la Grèce, en partant du principe que le pays ne pourrait à nouveau emprunter de l’argent sur les marchés en 2012, comme cela était prévu.

Un responsable européen a déclaré lundi que le nouveau plan d'aide pour la Grèce représenterait 65 milliards d'euros, combinant des prêts de l'UE et du FMI et un nouveau plan de rigueur pour réduire le déficit.

Plan de rigueur

Un haut fonctionnaire du gouvernement a d’ailleurs précisé à Reuters que la Grèce avait de son côté accepté jeudi de prendre de nouvelles mesures d'austérité budgétaire pour 2011 pour un total de près de 6,4 milliards d'euros, grâce notamment à une révision des niches fiscales et une hausse des impôts.

La Grèce et une délégation de la «troïka» (Union européenne, Fonds monétaire international, Banque centrale européenne) pourrait publier vendredi un communiqué sur ces nouvelles mesures.