Pire séance depuis août à Wall Street, les inquiétudes s'accumulent

© 2011 AFP

— 

La Bourse de New York a enregistré sa plus forte baisse en près de dix mois mercredi, de mauvaises nouvelles sur la Grèce s'ajoutant à des indicateurs économiques inquiétants aux Etats-Unis: le Dow Jones a perdu 2,22% et le Nasdaq 2,33%.

Selon les chiffres définitifs de clôture, le Dow Jones Industrial Average a lâché 279,65 points à 12.290,14 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 66,11 points à 2.769,19 points.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 a abandonné quant à lui 2,28% (30,65 points) à 1.314,55 points.

Le Dow Jones n'avait plus connu de baisse aussi marquée depuis le mois d'août 2010.

Déjà en nette baisse, il a décroché lorsque l'agence d'évaluation Moody's a abaissé la note de la dette publique de la Grèce à Caa1, un niveau reflétant un risque réel de non-remboursement.

"On n'a que des mauvaises nouvelles. Mais le plus inquiétant pour les Etats-Unis, ce serait que le marché de l'emploi n'arrive pas du tout à se redresser. Cela a plus d'importance que les problèmes de la Grèce, qui sont déjà bien anticipés par les marchés", a commenté Gregori Volokhine, de Meeschaert Capital Markets.

Selon le cabinet ADP, le secteur privé américain a créé 38.000 emplois de plus qu'il en a détruit en mai. Même si le solde reste positif, il est presque cinq fois moindre que le mois précédent, alors que les économistes s'attendaient à une baisse très modeste.

Cette étude "est très mauvaise" et "montre un net ralentissement des créations d'emplois, après six mois de forte progression", a souligné Nicholas Tenev, de Barclays Capital.

Le rapport ADP est toujours très suivi, car il est publié deux jours avant la diffusion des statistiques officielles du chômage.

Autre indicateur décevant: l'indice ISM des directeurs d'achat dans l'industrie a baissé plus que prévu, montrant un fort ralentissement de l'activité.

Les indices des directeurs d'achat du secteur manufacturier publiés mercredi en Chine et en zone euro ont également montré une nette baisse de régime.

Dans l'immobilier en revanche, les dépenses de construction ont progressé en avril aux Etats-Unis, alors que les analystes tablaient sur une baisse. Mais elles restent très faibles, d'autant que les chiffres des mois précédents ont été revus à la baisse.

Les valeurs financières, sensibles à la conjoncture, ont emmené le marché à la baisse, l'indice S&P du secteur bancaire lâchant 4,66%. Bank of America a perdu 4,26%, JPMorgan Chase 3,42%, Wells Fargo 5,04% et Morgan Stanley 4,26%.

Dans l'automobile, les constructeurs ont annoncé des ventes dans l'ensemble en baisse en mai aux Etats-Unis, notamment General Motors (-4,97% à 30,23 dollars) et Ford (-4,62% à 14,23 dollars).

Microsoft a lâché 2,40% à 24,41 dollars. Le site internet Boy Genius a affirmé que le géant informatique américain avait conclu un accord pour racheter les activités de téléphonie mobile du finlandais Nokia pour 19 milliards de dollars.

Le groupe pétrolier Marathon Oil a baissé de 2,81% à 52,65 dollars. Il va racheter une filiale de son concurrent Hilcorp pour 3,5 milliards de dollars, y compris une part détenue par le fonds d'investissement KKR (+0,06% à 17,20 dollars) valorisée à 1,13 milliard de dollars.

De son côté, le fabricant du célèbre "papier à bulle" Sealed Air (-6,69% à 23,84 dollars) va racheter Diversey, fabricant de produits d'entretien non coté, pour 4,3 milliards de dollars.

Le marché obligataire a nettement monté. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans a reculé à 2,966% contre 3,050% lundi soir, et celui du bon à 30 ans à 4,151% contre 4,216% la veille.

  1. Nasdaq
  2. Nyse