Rosneft dit avoir reçu de nouvelles propositions de coopération de BP

© 2011 AFP

— 

Le géant pétrolier russe Rosneft a indiqué mercredi avoir reçu de nouvelles propositions de coopération de la part du britannique BP, après l'échec cette semaine de leur projet d'alliance stratégique pour explorer l'Arctique.

L'accord, signé mi-janvier et prévoyant l'exploration d'immenses ressources dans l'Arctique russe, s'est écroulé en début de semaine, Rosneft ayant fait savoir qu'il se retirait du projet d'alliance après qu'il a été bloqué pendant des mois par un imbroglio juridico-financier. Le délai imparti pour réaliser un de ses volets, un échange de participations croisées, est arrivé à échéance le 16 mai sans qu'une solution n'ait pu être trouvée.

"A l'issue des négociations (...), Rosneft a reçu des propositions sortant du cadre des accords conclus précédemment avec BP, dont l'étude ne nécessite pas la prolongation du délai pour l'accord qui a expiré le 16 mai 2011", indique Rosneft dans un communiqué. "Ces propositions rendent possible l'étude d'une éventuelle coopération en dehors du cadre des accords rompus", ajoute-t-il, sans préciser si ces offres concernent l'exploration de l'Arctique ou d'autres projets.

"En examinant ces propositions, Rosneft va avant tout penser aux intérêts de ses actionnaires et à la nécessité de remplir ses obligations prévues par les accords de licences sur le plateau arctique, où le groupe continue à travailler activement", souligne le groupe. Annoncée en grande pompe mi-janvier, l'alliance stratégique entre Rosneft et BP, estimée à 16 milliards de dollars, prévoyait un échange de participations croisées et l'exploration en commun d'une gigantesque zone sous-marine riche en hydrocarbures située au coeur de l'Arctique russe.

Actionnaires russes

Mais elle a depuis subi une série de contre-temps, les deux groupes s'étant retrouvés confrontés à l'opiniâtreté des actionnaires russes de TNK-BP -la coentreprise de BP en Russie - regroupés au sein du consortium Alfa-Access-Renova (AAR). Ceux-ci, s'estimant lésés par l'opération, ont obtenu de la justice que le projet ne pourrait être réalisé qu'avec leur participation, une condition que Rosneft avait auparavant maintes fois rejetée.

La seule issue était de racheter la part d'AAR dans TNK-BP pour sauver l'alliance. Mais selon des sources, le consortium a finalement refusé l'offre de BP. Des sources ont alors indiqué que Rosneft, perdant patience, se retirait de l'alliance, une décision lourde de conséquences pour BP, qui espérait ainsi surmonter les séquelles de la marée noire dans le golfe du Mexique, et pour son patron Bob Dudley, censé connaître parfaitement les arcanes russes pour avoir dirigé pendant des années TNK-BP.