British Airways fait la paix avec son personnel navigant

© 2011 AFP

— 

Un accord est intervenu à British Airways (groupe IAG) pour mettre un terme au conflit avec le personnel navigant qui empoisonnait depuis un an et demi les relations sociales au sein de la compagnie aérienne, a annoncé jeudi le syndicat Unite.

Suite à cet accord, Unite a décidé de ne pas appeler à une nouvelle série de grèves, comme il avait menacé en mars de le faire.

Le compromis doit encore être soumis à un vote des adhérents du syndicat, qui devrait débuter la semaine prochaine, et dont le résultat est attendu fin juin.

L'accord doit permettre à BA de solder un conflit qui a donné lieu à une vingtaine de journées de grèves au sein de son personnel navigant l'an dernier, et qui a pourri les relations sociales dans l'entreprise depuis l'automne 2009.

Les grèves de l'an dernier avaient coûté plus de 150 millions de livres (soit environ 170 millions d'euros) à BA.

Ce mouvement visait à l'origine à combattre des suppressions de postes et d'autres mesures d'austérité imposées par la compagnie à son personnel pour combler ses pertes.

Il s'était durci l'an dernier, à la suite de mesures disciplinaires prises par la direction à l'encontre de certains grévistes, et avait donné lieu à des échanges acrimonieux, direction et syndicat s'accusant mutuellement de saper l'avenir de la compagnie.

Selon Unite, l'accord prévoit la levée des mesures "punitives" (dont la privation pour les grévistes des billets d'avions à bas prix réservés aux employés de la compagnie), et les salaires des hôtesses et stewards vont être augmentés de 4,5% cette année et 3,5% en 2012.

En échange, le syndicat a accepté certaines mesures d'économies demandées par la direction au personnel navigant, comme la suppression de postes.

Les deux parties se sont dites satisfaites de ce compromis, qui a été conclu après des changements intervenus à la tête de BA et du syndicat, qui leur ont permis de négocier sur de nouvelles bases.

La direction de British Airways s'est réjouie de pouvoir "tourner la page de ce conflit", et a ajouté que cet accord permettrait de "moderniser" les relations au sein de l'entreprise, et d'éviter de nouveaux conflits sociaux.

De son côté, le secrétaire général de Unite, Len McCluskey, a jugé que l'accord était "une bonne nouvelle pour BA, ses employés et ses clients", qu'il allait conforter l'avenir du groupe et permettrait de concilier "la dignité et les droits du personnel navigant, et les nécessités commerciales de la compagnie".

Au début de l'année, British Airways est devenue une filiale du groupe aérien hispano-britannique IAG (International Airlines Group), né de sa fusion avec sa partenaire espagnole Iberia.