Le FMI prêt à verser une aide plus importante à la Grèce

E.M. avec Reuters

— 

Le Fonds monétaire international (FMI) a appelé jeudi les pays membres de la zone euro à combattre par tous les moyens la crise de la dette souveraine. Il s’est dit prêt à fournir une aide plus importante à la Grèce si elle le demandait.

Plan de sauvetage

A l'occasion de son rapport sur les perspectives économiques de l'Europe, le FMI a exhorté les pays en difficulté à poursuivre leurs efforts pour assainir leurs finances publiques et a appelé la Banque centrale européenne à ne pas relever trop brusquement ses taux d'intérêt afin de ne pas alourdir davantage le coût de financement de la dette.

L'Irlande et la Grèce, très lourdement endettés, dépendent déjà d'un plan de sauvetage du FMI d'un montant de 52,5 milliards d'euros tandis que le Portugal attend une aide de 26 milliards d'euros sur trois ans.

Aide sous conditions

Antonio Borges, directeur du département européen du FMI, a précisé lors d'une conférence de presse que la Grèce n'avait pas sollicité d'aide supplémentaire pour mener à bien son programme de désentettement.

«C'est aux Grecs de prendre l'initiative et, à ce jour, ils ne nous ont pas contactés. Par principe, le FMI se tient prêt», a-t-il déclaré.

12 milliards d’euros

L'Union européenne et le Fonds doivent décider le mois prochain s'ils accordent ou non à la Grèce la nouvelle tranche de son plan de sauvetage actuel, d'un montant de 12 milliards d'euros.

Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schaüble a estimé jeudi que toute aide supplémentaire à la Grèce devrait être clairement conditionnée.

Restructuration

Le FMI exclut pour l’instant toute restructuration de la dette grecque et ne considère pas que le pays soit au bord de la faillite, a précisé Antonio Borges.

Mais les 50 milliards d'euros de privatisations que la Grèce prévoit d'engranger dans le cadre de son programme de désendettement représentent vraisemblablement moins de 20% de ce qui pourrait être privatisé, a-t-il estimé.