L'Allemagne évoque une nouvelle aide à la Grèce, sous conditions

© 2011 AFP

— 

Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble a évoqué jeudi la possibilité d'une nouvelle aide à la Grèce, mais seulement «à des conditions claires», alors qu'un plan de secours supplémentaire pour Athènes se dessine.

«Nous ne pourrons décider de nouvelles mesures (pour la Grèce) qu'à des conditions claires», a dit le ministre devant les députés allemands. Jusqu'ici l'Allemagne s'abstenait de tout commentaire sur un nouveau coup de pouce à Athènes, qui semble toutefois inévitable.

Plan de sauvetage

Wolfgang Schäuble a répété qu'il fallait attendre les conclusions de l'examen des comptes grecs par des experts de l'Union européenne, du Fonds monétaire international et de la Banque centrale européenne avant de prendre des décisions.

Le rapport des experts est attendu en juin. «S'il en ressortait que la Grèce ne peut pas retourner sur les marchés financiers selon le calendrier prévu, il faudra discuter d'abord quelles mesures peuvent être prises» par le pays lui-même, a-t-il aussi dit.

La Grèce avait bénéficié il y a un an d'une aide d'urgence de 100 milliards d'euros des Européens et du FMI, qui devait lui permettre de se redresser et de revenir se financer sur le marché en 2012.

Dette et déficit

Mais ce calendrier semble intenable, alors que la dette grecque doit dépasser 150% du Produit intérieur brut cette année et que les taux pour les emprunts grecs dépassent désormais 15% sur le marché secondaire.

De l'avis de la majorité des économistes, y compris en Allemagne, aider encore la Grèce ne suffira pas et il faudra se résoudre à une restructuration de la dette, c'est-à-dire à imposer aux créanciers des remboursements moindres que prévu, ou plus lents.

La chancelière Angela Merkel n'avait accordé qu'à contre-coeur son feu vert à l'aide décidée en avril 2010, dans un climat de méfiance généralisée en Allemagne, où le quotidien le plus lu du pays, Bild, avait par exemple exigé qu'Athènes vende des îles pour se renflouer.