La traque de Ben Laden a coûté cher aux Etats-Unis

ECONOMIE Georges W. Bush et Barack Obama ont dépensé plusieurs centaines de milliards de dollars...

E.M.

— 

Billets en dollars.
Billets en dollars. — FOURMY MARIO/SIPA

Cela fait dix ans que les Etats-Unis en avaient fait leur objectif numéro un. Oussama ben Laden, l’homme le plus recherché depuis les attentats du 11 septembre 2001, a finalement été tué dans la nuit de dimanche à lundi, à une cinquantaine kilomètres de la capitale pakistanaise.

Et le gouvernement américain, de Georges W. Bush à Barack Obama, n’a pas lésiné sur les moyens.

Mise à prix pour 50 millions de dollars

La tête du chef d’Al-Qaida avait été mise à prix pour 25 millions de dollars dès la fin 2001. Une somme qui avait ensuite été doublée pour atteindre les 50 millions de dollars.

Dès septembre 2006, le Sénat avait également approuvé la création d’une cellule de renseignement de 200 millions de dollars dédiée à la chasse d’Oussama ben Laden.

Mais sa traque a surtout a surtout fait partie d’une guerre de plus en plus coûteuse pour le contribuable américain.

380 milliards de dollars

Depuis 2001, les Etats-Unis ont ainsi envoyé 100.000 soldats en Afghanistan et dépensé plus de 380 milliards de dollars.

Un chiffre bien moindre pour l’instant que celui de la guerre en Irak (750 milliards de dollars depuis 2003).

Facture en hausse

La facture en Afghanistan ne cesse cependant d’augmenter. Pour la première fois l’année dernière, le conflit est devenu la bataille la plus coûteuse pour les Etats-Unis.

En envoyant 30.000 hommes supplémentaires, Barack Obama a ainsi demandé au Sénat une enveloppe de 110 milliards de dollars, soit plus du double des fonds engagés en 2010 dans la guerre en Irak.

Et la disparition d’Oussama Ben Laden ne devrait pas changer la donner financière: le président des Etats-Unis a proposé un budget similaire en Afghanistan pour l’année prochaine.

Car comme ne cessent de le répéter les responsables américains, la mort du numéro un d’Al-Qaida ne signifie en rien la fin de la guerre contre le terrorisme dans la région.