Le mariage de Kate et William ne va pas relancer l'économie britannique

GRANDE-BRETAGNE Il devrait même peser sur une croissance déjà en berne...

E.M.

— 

Billets de livres sterling en 2007.
Billets de livres sterling en 2007. — BERTRAND LANGLOIS / AFP

Il était censé relancer une croissance moribonde. Mais le mariage de Kate Middleton et du prince William ne sera finalement pas une si bonne opération que cela.

>> Suivez en direct sur 20Minutes la cérémonie du mariage

En cause: le jour férié accordé aux Britanniques qui va coûter cher à l’économie.

Facture du mariage

Pourtant, à l’annonce de l’événement l’automne dernier, le pays tout entier se frottait les mains. Entre les touristes, les produits dérivés et l’euphorie outre-Manche, le mariage du siècle allait pouvoir relancer une économie britannique affaiblie par un plan de rigueur drastique.

Mais entre les fleurs, les opérations de sécurité, la robe et la lune de miel, le mariage va déjà coûter plus de 22 millions d’euros aux familles et aux contribuables britanniques.

Jours fériés

Un montant très inférieur, cependant, aux pertes engendrées par le jour férie accordé par le gouvernement ce vendredi à la population. Selon la Confédération de l'industrie britannique (CBI, principal syndicat patronal), cette journée non travaillée devrait ainsi coûter 6,75 milliards d'euros à l’économie britannique.

Et les jours fériés ponctuels ont toujours eu dans l’histoire de la Grande-Bretagne un effet négatif durable sur le PIB.

Effet négatif sur le PIB

Le dernier en date remonte à juin 2002, lors du jubilé d'or de la reine Elizabeth II. Ce mois-là, la production industrielle avait dégringolé de 4% et celle des services de plus de 2%. Il a fallu un certain temps avant que ces deux secteurs ne retrouvent leur niveau antérieur.

En juillet 1981, à l'occasion du mariage de Charles et de  Diana, l'économie britannique s'était contractée de 1,2% malgré l'essor du secteur touristique.

Pour l'économiste Philip Shaw, d'Investec, l'union de William et de Kate fera perdre 0,25 point de croissance au deuxième trimestre 2011.

Vague d’optimisme

La cérémonie ne devrait en outre pas provoquer une vague d'optimisme durable alors que la confiance des consommateurs est tombée à des niveaux historiquement bas outre-Manche.

«Il peut engendrer une sorte d'effet euphorisant à courte durée mais c'est peu probable qu'il renforce la confiance des ménages dans leur situation financière», a expliqué Nick Moon, directeur de l'institut de sondage GfK NOP.