La Russie, en pénurie d'essence, interrompt les exportations en mai

© 2011 AFP

— 

Les groupes pétroliers russes ne vont pas exporter de produits pétroliers en mai et seulement fournir le marché intérieur alors que la Russie fait face à une pénurie d'essence dans de nombreuses régions, a indiqué jeudi le vice-ministre de l'Energie Sergueï Koudriachov.

"En mai, les compagnies ne vont pas exporter, tous les volumes seront livrés sur le marché intérieur", a déclaré M. Koudriachov, cité par les agences russes.

Cette décision a été prise alors que de nombreuses régions russes sont confrontées depuis ce week-end à une pénurie d'essence.

Dans l'Altaï (sud de la Sibérie), la plupart des stations-service indépendantes ont arrêté leur activité ce week-end et les autres ne délivrent du carburant qu'à raison de 20 litres par véhicule, et uniquement aux conducteurs possédant une carte de client permanent.

Mardi, le Premier ministre Vladimir Poutine a demandé qu'un contrôle soit effectué pour déterminer les causes de ce déficit, tandis que le service anti-monopole russe (FAS) a annoncé qu'il allait effectuer des vérifications auprès des entreprises pétrolières dans plus de 20 régions du pays.

Selon les médias, cette pénurie a été provoquée par le maintien de prix à la pompe artificiellement bas pour lutter contre l'inflation dans le pays, qui a rendu les exportations plus avantageuses pour les groupes pétroliers, alors que les cours mondiaux du brut ont grimpé.

Les compagnies pétrolières, à l'image de Rosneft, ont toutefois nié avoir choisi d'exporter au détriment du marché intérieur.

Le patron de Loukoïl, la première compagnie pétrolière privée de Russie, a prédit mercredi une hausse comprise entre 5 et 7% des prix de l'essence dans le pays.

M. Koudriachov a indiqué qu'une telle hausse était possible.

"Les cours mondiaux montent, ils se trouvent actuellement à 120 dollars le baril, c'est pourquoi une certaine correction (des prix de l'essence, ndlr) est possible", a-t-il déclaré, tout en précisant que cela ne dépasserait pas 5%.

Le haut responsable a exclu l'introduction d'une régulation des prix par l'Etat. "Nous considérons qu'il est impossible d'introduire une régulation par l'Etat. Il y a d'autres leviers", a-t-il dit.

M. Koudriachov a indiqué qu'en 2010, la Russie avait exporté au total trois millions de tonnes de produits pétroliers.