Le déficit de la Grèce a atteint 10,5% en 2010

© 2011 AFP

— 

Le déficit public de la Grèce a atteint 10,5% du produit intérieur brut en 2010, soit plus que les 9,4% estimés jusqu'ici par le gouvernement grec, a indiqué mardi l'institut statistique européen Eurostat.

La dette est quant à elle montée à 142,8% du PIB, contre 142,5% prévus jusque-là, a ajouté Eurostat, qui publie les chiffres de déficit et de dette pour 2010 notifiés par les Etats de l'UE.

Après la publication de ces chiffres, le ministère grec des Finances a indiqué que le pays "fera tout le nécessaire" pour tenir ses engagements de rigueur, prévoyant un déficit ramené à 2,6% du PIB en 2014.

Selon un communiqué du ministère, cet écart, attendu, entre les prévisions grecques et le chiffre final des services statistiques européens "découle surtout de la récession plus grave que prévu de l'économie grecque, qui a affecté les rentrées fiscales et les cotisations sociales".

Le PIB grec a reculé de 4,5% en 2010, contre -4,2% prévu, selon les services statistiques grecs.

Fin mars, le ministre grec des Finances Georges Papaconstantinou avait prévenu que le déficit public de la Grèce pour 2010 serait "très probablement" supérieur au pourcentage estimé de 9,4% du PIB, retenu pour base par la loi de finances 2011.

En 2009, le déficit de la Grèce avait atteint 15,4% du PIB, et la dette 127,1%, rappelle Eurostat.

Pour l'ensemble de la zone euro, le déficit public a été réduit à 6% en 2010, contre 6,3% en 2009, alors que beaucoup de pays européens ont entamé des mesures d'austérité budgétaire, a indiqué par ailleurs Eurostat.

La dette a en revanche continué à augmenter, à 85,1%, contre 79,3% en 2009.

Pour les 27 pays de l'Union européenne, le déficit s'est également réduit, à 6,4% contre 6,8% en 2009, tandis que la dette a aussi augmenté à 80% contre 74,4% en 2009.

Dans l'UE, c'est l'Irlande, plombée par la situation de ses banques, qui a enregistré le déficit le plus élevé l'an dernier, à 32,4%. Elle est suivie par la Grèce, puis le Royaume-Uni (10,4%), l'Espagne (9,2%) et le Portugal (9,1%).

Le plus haut niveau de dette de l'Union européenne a quant à lui été enregistré par la Grèce, suivie par l'Italie (119%), la Belgique (96,8%), l'Irlande (96,2%) et le Portugal (93%).

L'Allemagne, première économie de la zone euro, a enregistré un déficit de 3,3% et une dette de 83,2% en 2010. Pour la France, ils s'établissent respectivement à 7% pour le déficit et 81,7% pour la dette.

Au Royaume-Uni, la dette s'est établie à 80% du PIB contre 69,6% en 2009, tandis que le déficit s'est réduit (10,4% contre 11,4% en 2009).

Eurostat précise avoir augmenté le déficit notifié initialement par le Royaume-Uni pour les années 2007 à 2010, pour que les données soient cohérentes avec l'enregistrement des recettes sur octroi de licences de téléphonie UMTS en 2000.

Elle a aussi modifié les chiffres notifiés pour mieux prendre en compte les structures de défaisance financière (traitant les actifs dépréciés) pour la banque britannique Northern Rock, nationalisée début 2008 dans le sillage de la crise du crédit, et la banque Bradford and Bingley, spécialisée dans les prêts pour l'investissement locatif.

Par ailleurs, Eurostat indique avoir "une réserve sur la qualité des données déclarées par le Royaume-Uni en raison des incertitudes sur le moment de l'enregistrement des dépenses militaires".