Scandale bancaire: 3 ans et demi requis contre ex-gouverneur Banque d'Italie

© 2011 AFP

— 

Le parquet de Milan (nord) a réclamé mercredi une peine de trois ans et demi de prison et 700.000 euros d'amende contre l'ex-gouverneur de la Banque d'Italie, Antonio Fazio, dans un procès concernant un scandale bancaire qui avait secoué l'Italie en 2005.

Ce procès pour agiotage et obstacle à l'activité d'une autorité de régulation, qui s'est ouvert en février 2010, porte sur la tentative d'OPA de l'assureur Unipol sur Banca Nazionale del Lavoro (BNL) pour barrer la route à la banque espagnole BBVA.

Le scandale des banques italiennes avait éclaté fin 2005 quand des irrégularités avaient été révélées dans les tentatives d'OPA d'Unipol sur BNL et de Banca Popolare Italiana (BPI) sur Antonveneta afin de contrer respectivement BBVA et la néerlandaise ABN Amro.

M. Fazio est accusé d'avoir favorisé Unipol et BPI au nom de la défense de l'"italianité" des banques. Face au scandale, il avait démissionné de son poste en décembre 2005 mettant fin à plusieurs mois de tension avec le gouvernement de Silvio Berlusconi.

Le parquet a également requis mercredi une peine de 4 ans et 7 mois de prison ainsi qu'une amende de 1,2 million d'euros contre l'ancien président d'Unipol, Giovanni Consorte.

Des peines de prison ont également été requises contre le bras droit de M. Consorte, Ivano Sacchetti, contre des responsables d'autres banques impliquées dans cette affaire tandis qu'une sanction financière de 975.000 euros a été requise contre Unipol.

Dans l'autre procès concernant BPI/Antonveneta, le parquet de Milan avait requis en février une peine de trois ans de prison contre M. Fazio. Le verdict est attendu d'ici la fin du mois d'avril dans cette affaire.