L'OCDE appelle à une action plus forte contre la corruption

© 2011 AFP

— 

Le secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurria, a appelé les gouvernements à lutter plus activement contre la corruption dans les transactions commerciales internationales, indique mercredi un communiqué de l'Organisation.

La majorité des gouvernements ne respectent pas leurs engagements internationaux visant à mettre un frein à la corruption dans les transactions commerciales internationales, souligne un rapport de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) publié mercredi.

En effet, seuls cinq des signataires de la convention de l’OCDE sur la lutte contre la corruption, entrée en vigueur en 1999, ont pris des sanctions à l’encontre de personnes physiques ou morales en 2010, selon ce rapport.

Les Etats-Unis ont ainsi sanctionné huit personnes physiques et onze personnes morales, selon l'OCDE, l’Allemagne, trois personnes physiques

la France et la Suisse, une personne physique

le Royaume-Uni, deux personnes physiques et une personne morale.

Lors d'une conférence anticorruption G20/OCDE, qui se tiendra mercredi et jeudi prochains au siège de l'OCDE, M. Gurria "va vivement encourager les ministres et les grands dirigeants d’entreprise présents" à mieux faire respecter la convention, indique le communiqué.

"Les Etats-Unis et l’Allemagne continuent de donner le la en matière de lutte contre la corruption, et les pays doivent être plus nombreux à suivre leur exemple", a déclaré M. Gurria, cité dans le communiqué.