Liliane Bettencourt est «heureuse de vivre en paix»

ECONOMIE La femme d'affaires s’est exprimée dans une interview au Figaro...

E.M.

— 

Liliane Bettencourt à Paris en mars 2011.
Liliane Bettencourt à Paris en mars 2011. — MEIGNEUX/SIPA

Après des mois de silence, Liliane Bettencourt est sortie de son silence dans un entretien accordé mercredi au journal Le Figaro.

A l’hôpital pour cause de problèmes de santé, la femme d’affaires a assuré qu’elle était «heureuse de vivre en paix» depuis l’abandon il y a quelques semaines des poursuites pour «abus de faiblesse» contre François-Marie Banier.

Mais Liliane Bettencourt est surtout revenue sur les affaires qui ont secoué sa famille et L’Oréal l’année dernière.

Fraude fiscale

Soupçonnée de fraude fiscale, Liliane Bettencourt a assuré, sans donner plus de détails, qu'elle était entrain de régler «ce qui doit être réglé».

L’héritière de L'Oréal, et deuxième femme la plus riche du monde selon Forbes, a en outre indiqué avoir récupéré la propriété de l'île d'Arros. Elle pourrait cependant s’en séparer en raison de son accès difficile. «Cela ne me fera pas tourner de l'œil», a-t-elle affirmé au Figaro.

 La femme d’affaires réfléchit également à une manière de montrer au public ses fabuleuses collections de tableaux, meubles et bijoux. «Je suis en effet en train de préparer un livre sur la collection commencée par mon père et je souhaite également que ma collection soit visible par tous, donc je réfléchis à différents projets», a-t-elle expliqué.

Nestlé et L’Oréal

La principale actionnaire de L’Oréal a enfin assuré que le leader des cosmétiques n’était nullement menacé par le groupe suisse Nestlé.

>> Nestlé va-t-il racheter L'Oréal? Lire l'analyse de 20Minutes.

Le numéro un mondial de l'agroalimentaire détient 29,7% de L'Oréal. Les affaires Bettencourt avait relancé l’année dernière les spéculations sur un rachat du groupe françaie. Nestlé avait indiqué mi-avril qu'il prendrait une décision sur sa participation dans le leader des cosmétiques en 2014.

Mais Liliane Bettencourt ne croit «pas que Nestlé ait des positions contraires aux intérêts et à l'indépendance de L'Oréal. J'en ai déjà parlé avec le président de Nestlé, Peter Brabeck, que je connais depuis longtemps et que j'apprécie beaucoup», a-t-elle expliqué au Figaro.

 «Je me suis toujours opposée à me séparer de L'Oréal», a-t-elle souligné.