Smic: une augmentation de 2% grâce à l'inflation?

ÉCONOMIE a loi le prévoit quand l'inflation est forte...

T.S avec Reuters

— 

Bulletin de salaires, le 19 janvier.
Bulletin de salaires, le 19 janvier. — DURAND FLORENCE/SIPA

En plein débat sur le pouvoir d'achat, l'inflation pourrait paradoxalement venir au secours du gouvernement, souligne le quotidien Les Echos dans son édition de vendredi. Le Code du travail prévoit en effet une hausse automatique du Smic quand l'inflation atteint 2% par rapport à la dernière revalorisation, alors que le salaire minimum est normalement revalorisé au 1er janvier chaque année. Et ce scénario pourrait bien produire cette année, puisque les prix des carburants flambent et font valser les étiquettes. Une bonne nouvelle pour les 2,3 millions de Français payés au SMIC, qui touchent actuellement 1.072 euros brut par mois, et pourraient voir leur salaire mensuel grimper à 1094 euros.

Prime inacceptable

Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT, réclame lui  des augmentations générales de salaires.Pour le syndicaliste, 75% des Français sont mécontents de la politique économique et sociale de Nicolas Sarkozy. «Il ne cesse de reculer et on compte de plus en plus de travailleurs pauvres. La crise a de lourdes conséquences pour des millions de salariés mais visiblement pas pour les entreprises et leurs actionnaires, hormis une parenthèse en 2009», explique-t-il.

Interrogé sur la prime prônée par l'exécutif pour les salariés des entreprises qui versent des dividendes, Bernard Thibault ironise : «Je suis ravi que, quatre ans après, le chef de l'Etat redécouvre l'enjeu du pouvoir d'achat.» Mais il juge inacceptable la proposition de prime de 1.000 euros du gouvernement, qui ne concernerait que peu de salariés. Bernard Thibault appelle également les salariés et les autres syndicats à se montrer plus offensifs et réclame plutôt une hausse générale des salaires du privé et du public et fustige la réforme de l'Impôt sur la fortune (ISF).

Le montant des pensions de retraite a également été revalorisé le 1er avril, de 2,1%, là aussi en réaction à la forte inflation.