GDF Suez va céder 25% de sa filiale GRTgaz pour 1,1 milliard d'euros

© 2011 AFP

— 

Le groupe GDF Suez va céder 25% de sa filiale GRTgaz, a-t-il annoncé jeudi, une opération qui intervient dans le cadre de la loi sur le secteur des infrastructures de transport de gaz et qui devrait rapporter au groupe plus d'un milliard d'euros.

L'opération, annoncée jeudi, devrait être bouclée d'ici fin 2011.

Elle a suscité la colère de la CGT, qui a dénoncé une transaction visant à désendetter, sur fonds publics, GDF Suez après le rachat du britannique International Power qui a fait du groupe français le numéro deux mondial de la production d'électricité.

Dans des communiqués séparés, les différents protagonistes ont annoncé être entrés en "discussions avancées pour développer ensemble un partenariat de long terme dans le domaine du transport de gaz naturel en France et en Europe au sein de GRTgaz".

"Dans ce cadre", le consortium composé par la Caisse des Dépôts, sa filiale à 100% CDC Infrastructure, et la CNP Assurances, qu'elle contrôle à 40%, "prendrait une participation minoritaire de 25%" dans GRTgaz. Le montant de l'opération s'élèverait "à 1,1 milliard d'euros", ont-ils précisé.

La loi impose que le capital des infrastructures de transport de gaz, séparées de GDF dans le cadre de l'ouverture à la concurrence du marché de l'énergie, reste entre les mains d'acteurs publics.

CNP Assurances sera majoritaire dans le consortium, a indiqué à l'AFP une porte-parole du groupe, premier assureur de personnes en France. L'acquisition sera financée à 55% en capital et à 45% par de la dette, a-t-elle précisé.

Selon des sources proches du dossier, CNP Assurances consacrera 360 millions d'euros en capital et le tandem CDC infrastructure-CDC 300 millions, avec une prépondérance pour le premier.

"Pour le groupe CDC, cela représente un investissement dans une infrastructure majeure de l'économie française", a commenté un expert ayant requis l'anonymat. "Ces actifs sont régulés mais assurent une rentabilité récurrente et stable sur le long terme", a-t-il souligné.

L'opération "fera l’objet d’une consultation des instances représentatives du personnel compétentes du groupe GDF Suez. Ce processus pourrait aboutir dans le courant du second semestre 2011", selon GDF Suez.

Pour le PDG du groupe, Gérard Mestrallet, elle "permet de conforter le plan de développement de GRTgaz et de sécuriser un programme d’investissements ambitieux pour les dix prochaines années dans un contexte de fort besoin d’infrastructures en Europe".

GRTgaz étendra ainsi ses activités hors de France par l’acquisition des participations de GDF Suez dans les opérateurs de transport en Allemagne (GRTgaz Deutschland GmbH et MEGAL GmbH) et en Autriche (BOG GmbH).

"Notre entrée au capital de GRTgaz s’inscrit dans la politique d’investissement à long terme de CNP Assurances", a fait valoir de son côté le directeur général de CNP Assurances, Gilles Benoist.

"Cette participation stratégique dans un actif régulé est destinée à créer de la valeur pour nos clients tout en assurant des revenus réguliers", a-t-il ajouté.

"Non à cette opération financière", s'est pour sa part insurgée la CGT, affirmant vouloir s'opposer au "siphonnage des résultats de GRTgaz qui pourraient assurer la maintenance et le développement des infrastructures gazières en France".

Pour le syndicat, la transaction ne vise "qu'à désendetter GDF Suez après son investissement dans International Power le conduisant à céder 6 milliards d'actifs, à revaloriser le portefeuille et augmenter les dividendes de ses actionnaires tels qu'Albert Frère", le milliardaire belge.