Paiement par CB sans contact: Le succès à Nice préfigure un déploiement rapide

© 2011 AFP
— 

L'expérience du mode de paiement par carte bancaire sans contact menée à Nice depuis mai 2010 se révèle concluante, selon l'un de ses promoteurs, qui compte sur son déploiement massif et rapide au niveau national.

Au vu du «succès» rencontré à Nice, «nous travaillons au déploiement de la carte sans contact au niveau national», a annoncé à l'AFP Charlotte Desbons, directrice marketing et communication de Visa Europe France, précisant que «cette année deux grandes villes rejoindront l'expérience».

Marseille et Strasbourg, villes candidates

«Marseille et Strasbourg sont de bons candidats pressentis. Paris ce ne sera pas pour cette année», précise-t-elle, mais plutôt pour 2012.

«En 2020, ce sera quelque chose de totalement généralisé mais déjà en 2012, Paris sera un +booster+ extraordinaire», prévoit Willy Dubost, directeur développement monétique BNP Paribas et Président de l'Association européenne du Paiement mobile.

Plus besoin de code PIN

Les modes de paiement sans contact reposent sur l’utilisation d’une carte ou d’un téléphone mobile en communication par ondes radio avec les terminaux de paiement, selon le protocole «NFC» (Near Field Communication) prévu pour fonctionner à très faible distance, de l’ordre de quelques centimètres.

Le processus de paiement ne requiert donc plus la saisie d’un code PIN (Personal Identification Number, NDLR) pour les transactions dont le montant unitaire est inférieur à 20 euros, en-dessous d’un montant cumulé de 80 euros et en-dessous d’un certain nombre de transactions prédéfini en mode sans contact.

«Plus de 80% des paiements de moins de 20 euros en France sont réalisés en espèce, cela représente 19 milliards de transactions sur une valeur de 127 milliards d'euros», souligne Charlotte Desbons.

Le volume des transactions en forte croissance

L'initiative menée depuis mai 2010 à Nice, test grandeur nature, regroupe, entre autres, 11 banques, des prestataires techniques, des collectivités locales, des commerçants et entreprises.

Selon Charlotte Desbons, 200.000 cartes dotées de la fonctionnalité sans contact ont été émises dans la région niçoise et 2.800 transactions sans contact ont été réalisées. Ce volume «est en forte croissance tous les mois», assure-t-elle.

Plus de 1.500 commerces de proximité niçois et appartenant à des chaînes sont équipés désormais d’un terminal sans contact.

Les banques sont satisfaites

Parmi les banques qui participent à l'expérimentation, le groupe BPCE et BNP Paribas interrogés par l'AFP, font également part d'une certaine satisfaction.

«Nous avons aujourd'hui émis 157.000 cartes et installé 800 terminaux à Nice et dans sa région», s'est félicité Fabrice Denele, directeur stratégie moyens de paiement à BPCE. «On est encore en début de phase produit, expérimentale, mais dans deux ou trois ans tout au plus, la majorité des cartes bancaires seront émises en sans contact», affirme-t-il.

Pour Willy Dubost, «les volumes évoluent bien, les gens s'en servent». BNP Paribas a, à Nice uniquement, émis 15.000 cartes sans contacts et installé à peu près 200 terminaux. Les banques assurent que la carte sans contact ne coûtera pas plus cher qu'une carte classique.

Des études en cours pour accroître la sécurité

Idem pour le commerçant qui, selon Willy Dubost, «paie le même montant de location que son terminal classique. Un seul terminal sans contact est pour l'instant référencé, celui d'Ingenico, mais un concurrent va arriver d'ici deux ou trois mois, il y aura du choix».

L'Observatoire de la sécurité des cartes de paiement, qui suit attentivement l'avancée des projets pilotes et avait émis en 2007 une série de recommandations, relève dans son rapport publié en 2010 qu'elles ont été suivies par les émetteurs.

L’Observatoire recommande en outre «de poursuivre les études et la mise en oeuvre de pratiques sécuritaires (...) propres à garantir un niveau de confiance élevé dans ces instruments de paiement».