François Baroin évoque la création d'une prime «exceptionnelle» de 1.000 euros pour les salariés

ÉCONOMIE e ministre prône «une meilleure répartition de la richesse» dans les entreprises...

© 2011 AFP

— 

Le ministre du Budget et porte-parole du gouvernement, François Baroin a annoncé mercredi que le collectif budgétaire de fin d'année ramènerait à 149,7 milliards d'euros les déficits publics en 2010.
Le ministre du Budget et porte-parole du gouvernement, François Baroin a annoncé mercredi que le collectif budgétaire de fin d'année ramènerait à 149,7 milliards d'euros les déficits publics en 2010. — Lionel Bonaventure AFP/Archives

François Baroin a évoqué ce mercredi la création prochaine d'un mécanisme pour pousser les entreprises à lier le versement de dividendes à celui d'une prime «exceptionnelle» pour leurs salariés d'un montant d'«au moins 1.000 euros».

Le ministre du Budget, interviewé sur Europe 1, n'a pas précisé comment sa proposition pourrait être concrètement mise en œuvre. Il a indiqué qu'elle serait incluse dans un collectif budgétaire en juin.

«On souhaite pouvoir mettre en place ce dispositif, (qui est) au fond (un dispositif) de justice et d'équité», a relevé François Baroin.

Un dispositif «simple»

«Tous les jours, toutes les semaines, on nous annonce des augmentations de distributions de dividendes, de primes exceptionnelles, de bonus pour les grands patrons. Tout le monde, tous les salariés qui participent à l'augmentation de richesse de leurs entreprises doivent pouvoir bénéficier de ce dispositif», a-t-il plaidé.

Selon lui, il s'agira «d'un dispositif simple sous forme d'une prime exceptionnelle dont le montant n'est pas encore stabilisé - au moins 1.000 euros - et qui pousserait les entreprises et les secteurs d'activité économiques à négocier pour obtenir une meilleure répartition de cette richesse».

Dans une interview au Figaro de ce mercredi, François Baroin avait déjà indiqué que «le gouvernement présentera (un) dispositif le plus large possible qui permettra d'associer la distribution de dividendes et la politique de rémunération des entreprises selon des modalités qui restent à définir».