Les Français ont peu parié sur le sport depuis le début de l'année

ÉCONOMIE e volume de paris chute de 26% au premier trimestre 2011...

© 2011 AFP

— 

Le volume des paris sportifs en ligne a connu une baisse de 26% au cours du premier trimestre 2011,
Le volume des paris sportifs en ligne a connu une baisse de 26% au cours du premier trimestre 2011, — PMU

Le volume des paris sportifs en ligne a connu une baisse de 26% au cours du premier trimestre 2011, par rapport au 4e trimestre 2010, tandis que celui des paris hippiques s'est stabilisé, a-t-on appris lundi auprès de l'Autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel). Au premier trimestre 2011, le montant des mises enregistrées en paris sportifs s'est établi à 147 millions d'euros, contre 200 millions d'euros au 4e trimestre 2010, soit une baisse de 26%. La faute au manque d'événements sportifs de grande ampleur. Mais les professionnels craignent déjà que le marché français soit saturé et peu rentable

La part des mises sur le football représente 54% des mises totales tandis que le tennis en rassemble 24%, précise l'Arjel. Les paris hippiques ont rassemblé quant à eux 241 millions de mises au premier trimestre 2011, un niveau équivalent au montant des mises enregistrées au 4e trimestre 2010 (240 millions d'euros). Pour les jeux de cercles (poker), le montant cumulé des mises en "cash-game" s'élève à 1.921 millions d'euros, en baisse par rapport au 4e trimestre 2010.

Six mises sur 10 pour le football

Mais l'activité des tournois a progressé de 4%, passant de 261 millions d'euros de droits d'entrée au 4e trimestre 2010, à 271 millions d'euros au 1er trimestre 2011. Au total, sur l'année 2010, les activités de paris sportifs ont enregistré 448 millions d'euros de mises cumulées, dont 62% sur le football, 23% sur le tennis, et 6% sur le basket. En moyenne, les mises étaient de 110 euros par joueur et par semaine et de 7,5 euros par pari.

Sur 2010, les paris hippiques ont rassemblés 452 millions de mises cumulées, avec une mise moyenne de 125 euros par joueur et par semaine, et une mise moyenne par pari de 4,1 euros. Dans un entretien au journal le Monde, le PDG du PMU, Philippe Germond, explique que «2010 était l'année de tous les dangers» avec l'ouverture du marché des paris en ligne mais qu'elle «s'est bien passée». Le chiffre d'affaires du groupe a augmenté de 2,6%, à 9,54 milliards d'euros. Le résultat net reversé à la filière hippique progresse de 8% à 791 millions d'euros. Au premier trimestre 2011, «notre activité progresse de 8,3%. Nous pensons passer le cap des 10 milliards d'euros de chiffres d'affaires en 2011, dont 1,2 à 1,3 milliards d'euros sur internet», a-t-il précisé.