Kabul Bank: mesures contre les actionnaires et sur les prêts douteux

© 2011 AFP

— 

Les actionnaires de la Kabul Bank, principale banque privée afghane au bord de la faillite sur fond de détournement de fonds, ont été déchus de leurs droits et des mesures vont être prises pour récupérer les emprunts douteux, a annoncé lundi le président Hamid Karzaï.

"Les actionnaires ont été chassés de la banque, totalement. Ils n'auront plus aucune part dans la banque et ils devront rembourser les prêts qu'ils se sont accordés d'ici un mois", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse.

"S'ils remboursent dans le délai, parfait! Sinon, ils seront poursuivis devant la justice par le gouvernement d'Afghanistan", a-t-il ajouté.

La Kabul Bank, dont 7% du capital est détenu par le frère du chef de l'Etat, Mahmoud Karzaï, est au bord de la faillite, ses hauts dirigeants étant soupçonnés de détournements de fonds massifs.

Ses actionnaires se sont notamment accordés d'importants prêts, jamais remboursés. La Kabul Bank est administrée depuis fin 2010 par la banque centrale d'Afghanistan.

"Le gouvernement garantit totalement" l'activité de banque de détail de la Kabul Bank, tels que les dépôts ou le paiement des salaires, a également assuré le président Karzaï.

La Kabul Bank verse les salaires de très nombreux fonctionnaires, dont une partie de l'armée et de la police.

"Les dépôts des particuliers sont garantis", a répété le chef de l'Etat. En septembre, les déposants s'étaient rués vers les guichets pour récupérer leur argent, après les premières informations sur une possible faillite de la banque.

M. Karzaï n'a pas explicitement précisé l'avenir réservé à la Kabul Bank, alors qu'en février, une délégation du FMI en visite à Kaboul avait recommandé son placement sous administration provisoire, avant sa vente ou sa liquidation.

Le FMI avait indiqué qu'un programme d'assistance financière à l'Afghanistan était conditionné à un accord avec Kaboul pour résoudre cette crise.

Plusieurs sources avaient indiqué fin mars à l'AFP que la banque était sur le point d'être placée sous administration provisoire ("receivership"), mais le président Karzaï n'a pas prononcé le mot au cours de sa conférence de presse.

Il a indiqué que les secteurs sains "seraient conservés", sans plus de précision, et a évoqué la prochaine création de "nouvelles actions" de la Kabul Bank qui devraient être mises en vente par la Banque centrale. Il n'a pas précisé la part du capital que représenteront ces nouvelles actions.

Des dizaines de milliards de dollars d'aide ont été injectés par la communauté internationale en Afghanistan depuis qu'une coalition a chassé les talibans du pouvoir fin 2001.

"Il n’est pas exclu que les donateurs bilatéraux doivent suspendre ou réaffecter leur aide si aucun accord n’est trouvé sur la Kabul Bank et la teneur d’un nouveau programme" du FMI, avait averti en mars le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon dans son rapport sur l'Afghanistan.