les mesures de Matignon pour limiter la hausse des prix de l'énergie

CONSOMMATION Il faut relancer le pouvoir d'achat...

M.P. avec Reuters

— 

E.FEFERBERG / AFP

Matignon a annoncé tôt mardi matin avoir pris «un ensemble de mesures» pour «limiter l’impact du prix de l'énergie sur le pouvoir d’achat» de la hausse du tarif de l’énergie. D’abord, la hausse du prix du gaz de 5%, prévue pour le 1er juillet, n’aura pas lieu, annonce François Fillon dans un communiqué. Il a d'ailleurs demandé qu’une nouvelle formule tarifaire soit négociée. Reste que le prix du gaz a augmenté le 1er avril de 5%, ce qui fait 60% de hausse en six ans.

Autre mesure en faveur du pouvoir d’achat: la hausse du prix de l’électricité, prévue au 1er juillet, sera limitée alors que le groupe EDF souhaitait une hausse entre 5 et 6%. Le chef du gouvernement a demandé à François Baroin et Claude Guéant de saisir pour avis la Commission de régulation de l'énergie (CRE) d'une proposition de hausse des tarifs réglementés de l'électricité de 1,7% au 1er juillet prochain.

Contribution des compagnies pétrolières

Le gouvernement proposera en outre dans le prochain projet de loi de finances que le relèvement de 0,3 centimes d'euros par kilowattheure de la contribution au service public de l'électricité (CSPE) prévu le 1er janvier 2012 ait lieu pour moitié le 1er juillet 2011 et pour moitié le 1er juillet 2012. Cela se traduira par une hausse de 1,2% de la facture des ménages à chacune de ces échéances. Au total, jusqu'au 30 juin 2012, le prix de l'électricité augmentera de 2,9% pour les ménages, résume le communiqué.

Enfin, une contribution spéciale des compagnies pétrolières va être mise en place pour financer une revalorisation de 4,6% du  barème forfaitaire kilométrique pour l'imposition des revenus 2010, dans le but de limiter l'impact de la hausse des prix à la pompe.

Ces mesures sont issues de la réunion menée lundi soir à l’Elysée par Nicolas Sarkozy. Lors de cette rencontre, étaient présents Christine Lagarde, Eric Besson, François Baroin et François Fillon.