Faut-il plafonner les salaires des patrons: Non, «c'est une mesure démagogique qui n'est pas applicable»

INTERVIEW Les réponses d'Alain Tanugi, directeur du cabinet de recrutement de cadres dirigeants Transearch...

Propos recueillis par Thibaut Schepman

— 

Capture d'écran d'Alain Tanugi, directeur de Transearch, cabinet de recrutement pour cadres dirigeants.
Capture d'écran d'Alain Tanugi, directeur de Transearch, cabinet de recrutement pour cadres dirigeants. — DR

Plus de deux ans après le début de la crise, les bonus et salaires des dirigeants atteignent toujours des niveaux records. Dans son programme économique, le PS propose de plafonner les salaires des dirigeants de société dont l’Etat est actionnaire. L’avis d'Alain Tanugi, directeur du cabinet de recrutement de cadres dirigeants Transearch:

 «Je pense que 25.00 euros mensuels est un plafond beaucoup trop faible. C’est une mesure démagogique qui n’est pas applicable. Dans chaque grand groupe, il y a plusieurs dizaines de dirigeants qui touchent plus de 25.000 euros mensuels. Si tous ces gens voyaient leur salaire réduit, on risque une fuite des cerveaux vers le privé.

Il y a par contre un vrai problème de dirigeants qui touchent des revenus immoraux. Je pense à des PDG comme Carlos Ghosn (Renault, ndr), Frédéric Oudéa (Société Générale) ou Daniel Bouton (ex Société Générale), qui sont certes des chefs mais ne sont pas des patrons qui ont créé leur entreprise. Ils touchent tout de même des rémunérations énormes, alors qu'ils ne contribuent pas à la réussite de leur entreprise que leurs collaborateurs. Pour moi, recevoir plus d’1,5 million d’euros de salaires par an pour ce type de mission, c’est immoral. Ils deviennent des salariés de luxe. Il faudrait donc moraliser cette situation. La difficulté, c’est qu’il semble très difficile de légiférer sur le thème, sans que les conseillers fiscaux de ces dirigeants n’interviennent pour déjouer l’impôt. La solution serait peut-être une réglementation européenne, avec des règles légales et fiscales communes, pour éviter une fuite de cerveaux. Mais une solution nationale portant sur des seuils aussi faibles que ceux proposés par le PS relève pour moi du populisme.»

A lire sur 20minutes.fr, Faut-il plafonner les salaires des patrons :

- Oui, «Les échelles de salaires des dirigeants sont complètement folles»...

- Non, «c'est une mesure démagogique qui n'est pas applicable»...