Libye: Vers une partition du pétrole?

© 2011 AFP

— 

Le Qatar s'est montré prêt à faciliter la vente du pétrole sous contrôle de la rébellion en Libye. Une annonce qui ouvre la perspective d'une partition des richesses énergétiques du pays alors qu'un front militaire mouvant le coupe déjà en deux.

Division du pétrole

Pour des experts, la division du pétrole libyen est techniquement envisageable entre l'ouest sous contrôle du colonel Mouammar Kadhafi, et l'est dominé par l'opposition. Mais, assurent-ils encore, cette option apparaît difficile à mettre en œuvre politiquement.

«Il faudrait un consensus international sans faille», a assuré à l'AFP Rafiq Latta du Middle East Economic Survey (MEES). «Et un engagement total des parties à respecter un accord dans ce sens».

L'enjeu est toutefois de taille: la Libye produit moins de 2% du pétrole mondial mais elle recèle les plus grandes réserves d'or noir du continent africain, entre 40 et 60 milliards de barils. Et la qualité de son pétrole, pauvre en soufre, à l'exploitation aisée, est appréciée des raffineurs.

Consommateurs européens

Des pays européens, comme l'Italie, la France et l'Allemagne sont les premiers consommateurs de brut libyen, mais aussi de gaz transporté par un gazoduc le long de la frontière tunisienne qui rejoint l'Italie sous les eaux de la Méditerranée.

Une étude rapide d'une carte des champs pétroliers explique pourquoi l'hypothèse d'une exploitation séparée des ressources de l'est et de l'ouest a séduit le Conseil national de transition (CNT), l'organe de l'opposition.

«Du point de vue technique, c'est tout à fait faisable, et cela correspond à une lutte pour les ressources naturelles entre la Tripolitaine (ouest) et la Cyrénaïque (est)», explique à l'AFP Margherita Paolini, une experte de la revue de relations internationales Limes, basée à Rome.

Les rebelles tiennent dans l'est les champs de la région de Sarir ainsi que des installations de raffinage et d'exportation à Tobrouk et Benghazi, et cette activité représente plus des deux tiers des revenus du secteur pétrolier libyen. Les loyalistes contrôlent les champs d'el Feel, et les installations de Zawiyah et Tripoli.

Sous-sol prometteur

Une région saharienne dans le coeur du pays est inexploitée mais son sous-sol est extraordinairement prometteur, selon les experts.

Et c'est sur la frange côtière de cette étendue désertique --où se situent des raffineries et des terminaux disputés comme Ras Lanouf et Brega-- que se déplace aujourd'hui le front des combats entre rebelles et loyalistes.

Si le colonel Kadhafi réussit à résister à la pression internationale, c'est dans cette région centrale, à l'est de sa ville natale de Syrte, que devrait s'établir une ligne de démarcation.

«La Libye a toujours été partagée d'un point de vue historique», souligne Margherita Paolini, le long d'une frontière invisible entre le Maghreb et le Machreq.

Cette semaine, le CNT, le gouvernement de facto de la rébellion, a annoncé que la compagnie pétrolière du Qatar avait été choisie pour commercialiser du brut produit dans les régions qu'il contrôle.

Décision du Qatar

Le Qatar n'a pas apporté des détails sur cet accord, mais le riche émirat a été le premier pays arabe à reconnaître le CNT et à engager des moyens dans l'opération militaire internationale lancée sous mandat de l'Onu.

Le régime du colonel Kadhafi a rapidement réagi en prévenant qu'il poursuivrait toute compagnie concluant un accord pétrolier avec la rébellion.

Cette rivalité sur le pétrole entre Tripoli et Benghazi reflète un des enjeux stratégiques des violences en Libye. Avant qu'elles n'éclatent, le pays accueillait les grands acteurs du secteur, notamment les majors américains, russes et chinois aux côtés des Italiens, des Français et des Britanniques.

Mais avant qu'elles ne reviennent, même dans une Libye divisée, il faudra les rassurer, souligne Rafiq Latta: «La production de pétrole n'aime pas les balles pour opérer», assure-t-il.