1 Français sur 3 privé de vacances

— 

Cette année, les Français partiront cinq  jours de moins qu'en 2010.
Cette année, les Français partiront cinq jours de moins qu'en 2010. — F. DUPUY / SIPAde Sfax

Un tiers des Français ne pense pas pouvoir partir en vacances cette année, soit trois millions de plus que l'année dernière, selon une étude du cabinet Protourisme publiée hier. Ces Français privés de vacances sont les plus fragiles économiquement : les chômeurs, les foyers monoparentaux, les employés précaires ou en CDD, ou bien les couples qui touchent chacun un smic. Quand un membre du foyer se retrouve au chômage, tous les proches modifient leur rapport aux vacances. « Les parents diminuent leur budget par solidarité familiale », éclaire Didier Arino, directeur de Protourisme. De plus en plus de retraités renoncent d'ailleurs à partir en congé, alors qu'ils étaient « le moteur du tourisme depuis une dizaine d'années », note Didier Arino.

18 jours en moyenne
Pour les Français qui partent, la durée des congés diminue fortement : ils prévoient cette année dix-huit jours de loisirs, cinq jours de moins qu'en 2010. Seuls les plus aisés inversent la tendance : eux partent plus souvent, mais sur des séjours courts, « pour au final plus de jours que l'année dernière », indique Didier Arino. 20 % des Français comptent aujourd'hui pour 70 % des dépenses de tourisme. Le Secours Populaire, qui fait partir chaque année des « oubliés des vacances », a vu récemment s'élargir son public. « Les petits commerçants et les artisans commencent à être touchés par le raz-de-marée de la misère », s'alerte Julien Duprêtre, président de l'association.g. W.