Wall Street finit sur une hausse modeste après les chiffres de l'emploi

© 2011 AFP

— 

La Bourse de New York a fini en hausse vendredi, s'essoufflant un peu en fin de séance après le coup de pouce donné à l'ouverture par des chiffres de l'emploi meilleurs qu'attendu: le Dow Jones a gagné 0,46% et le Nasdaq 0,31%.

Selon des chiffres définitifs de clôture, le Dow Jones Industrial Average a engrangé 56,99 points à 12.376,72 points et le Nasdaq, à dominante technologique, 8,53 points à 2.789,60 points.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 a avancé de 0,50% (6,58 points) à 1.332,41 points.

Le Dow Jones est monté en séance à des niveaux plus vus depuis juin 2008, mais n'est pas parvenu à s'y maintenir, finissant sous son plus haut niveau de clôture de l'année, qui remonte à la mi-février.

"Les investisseurs s'attendaient à de bons chiffres de l'emploi après le rapport du cabinet ADP de mercredi, et ils se sont révélés encore meilleurs que les attentes optimistes", a observé Michael James, de Wedbush Morgan Securities.

L'économie américaine a créé 216.000 emplois nets en mars, soit 11% de plus qu'en février, alors que les analystes tablaient sur 185.000 créations nettes. Cela a permis au taux de chômage de retomber à son plus bas niveau depuis mars 2009, à 8,8%.

"Cela nous indique que l'économie a continué de croître au mois de mars, et peut-être à un rythme modestement plus rapide que ce à quoi on s'attendait", a observé Hugh Johnson, de Hugh Johnson Advisors.

Les investisseurs n'ont pas vraiment réagi à la tonalité mitigée de deux autres indicateurs publiés dans la matinée. L'indice ISM de l'activité dans le secteur manufacturier a légèrement baissé en mars pour s'établir à 61,2% tandis que les dépenses de construction sont tombés à leur plus bas niveau depuis octobre 1999 en février.

En revanche, la faiblesse observée dans le secteur technologique a pesé dans les dernières heures de séance.

Plusieurs facteurs se sont combinés pour faire baisser ces valeurs, a expliqué Michael James, dont l'abaissement de ses prévisions pour l'année 2011 par le fabricant d'accessoires pour ordinateurs Logitech (-18,81% à 14,72 dollars) et des commentaires négatifs sur les semis-conducteurs du spécialiste des réseaux informatique F5 (-8,78% à 93,56 dollars).

Au sein du Dow Jones, le fabricant de microprocesseurs Intel s'est distingué avec une baisse de 2,28% à 19,72 dollars. Le fabricant d'ordinateurs Hewlett-Packard est parvenu à se stabiliser (+0,02% à 40,98 dollars).

Le marché a surtout été animé par la contre-offre orchestrée par les opérateurs boursiers Nasdaq OMX (+9,25% à 28,23 dollars) et InterContinental Exchange (-3,07% à 119,75 dollars) sur NYSE Euronext (+12,60% à 39,60 dollars), supérieure de 19% à celle annoncée par Deutsche Börse et le propriétaire de la Bourse de New York le 15 février.

Dans le reste de l'actualité, le constructeur automobile Ford (+1,68% à 15,16 dollars) est devenu le numéro un des ventes aux Etats-Unis en mars, dépassant General Motors (+4,45% à 32,41 dollars) pour la deuxième fois seulement depuis 1998, profitant de la demande pour ses petites voitures dans un contexte d'envolée des prix du carburant.

Le marché obligataire a un peu progressé. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans s'est replié à 3,451% contre 3,454% jeudi soir et celui du bon à 30 ans à 4,489% contre 4,508% la veille.

  1. Nasdaq
  2. Nyse