Un site internet veut concurrencer Voyages-sncf.com sur la vente en ligne de billets de train

Thibaut Schepman

— 

La page d'accueil du site capitainetrain.com, le 30 mars 2011.
La page d'accueil du site capitainetrain.com, le 30 mars 2011. — DR

Environ 50 millions de billets de trains sont achetés chaque année en ligne, mais un seul site internet les vend. En 2009, après sept ans de procédure, l’Autorité de la concurrence a donc sommé la SNCF de mettre fin au monopole de sa filiale Voyages-sncf.com.  

A l’époque, trois collègues ingénieurs dont l’entreprise vient de fermer ses portes décident alors d’exploiter le filon. «Nous sommes des entrepreneurs dans l’âme, férus de web et grands voyageurs en train. Nous avons sauté sur l’occasion», se souvient Jean-Daniel Guyot, l’un des trois co-fondateurs du nouveau site de vente de billets.

Uniquement des billets de train

Deux ans plus tard, et après 99.000 euros d’investissement, Capitainetrain.com est lancé. Les clients sont invités à s’inscrire sur le site depuis le début de la semaine. Leur concept: proposer d’acheter des billets de trains… et c’est tout. «Les gens qui achètent des billets sur internet connaissent très bien le produit qu’ils cherchent, ils n’ont pas envie de passer du temps à le commander. Nous ne faisons donc aucune publicité, ni aucune proposition de voyage en avion, de location de voiture ou encore de séjour à l’hôtel», décrypte Jean-Daniel Guyot.

Avec ce service a minima, les trois co-fondateurs espèrent que les achats de trains seront plus rapides et plus pratiques, à l’inverse du site Voyages-sncf.com, où de nombreux services annexes sont proposés mais dont les dysfonctionnements ou lenteurs sont encore souvent dénoncées (voir les groupes facebook   ou ), malgré «plusieurs millions d'euros» investis. .

N'espérez pas pour autant payer vos billets moins cher. «Les compagnies restent les seules maîtres de leurs politiques tarifaires», insiste Jean-Daniel Guyot. Capitainetrain.com se contente de commercialiser les billets, avec la même commission que Voyages-sncf.com, de 2,5% à 6% selon les types de billets. L’utilisateur pourrait juste gagner du temps. «A terme, nous voulons que l’utilisateur achète son billet en trente secondes à peine puisque toutes ses informations sur son voyage (cartes d’abonnement, places près de la fenêtre ou non) seront enregistrées et n’auront pas à être précisées à chaque fois», promet le co-fondateur.