Allemagne: les grands patrons renouent avec leurs rémunérations d'avant-crise

© 2011 AFP

— 

Les rémunérations des patrons des grandes entreprises allemandes du Dax ont retrouvé en 2010 leurs niveaux d'avant-crise, mais elles sont à présent davantage alignées sur la performance économique à moyen et long termes, selon une étude publiée mercredi.

La rémunération moyenne d'un patron du Dax a totalisé 4,6 millions d'euros en 2010, en hausse de 21% sur un an, tandis que le bénéfice par action de leurs entreprises a bondi de 124% sur la même période, selon une étude du cabinet de conseil francfortois HKP.

La tranche variable à long terme --des bonus dont le versement effectif est différé pendant plusieurs années-- est passée de 35% du total en 2008 à 45% en 2010, selon le cabinet.

Entre-temps une loi fédérale sur les rémunérations des dirigeants d'entreprises cotées en Bourse est entrée en vigueur en 2009, pour transposer l'un des engagements des pays du G20 lors de la crise financière.

Le grand vainqueur de l'exercice 2010 s'appelle Martin Winterkorn, le patron de Volkswagen, avec une paye de 9,33 millions d'euros (+41% sur un an).

Viennent ensuite les patrons Peter Löscher de Siemens (8,9 millions d'euros, +27% sur un an), Josef Ackermann de Deutsche Bank (8,8 millions d'euros, en baisse de 6%), talonné par le chef de Daimler Dieter Zetsche, dont le salaire a plus que doublé l'an dernier à 8,7 millions d'euros.

Il n'est toutefois pas sûr qu'ils touchent l'ensemble de ces salaires annoncés. Car le versement d'une grande partie est en réalité différée pendant quelques années et dépendra des performances durables de leurs entreprises.

En bas de l'échelle des patrons du Dax, Martin Blessing de Commerzbank reste coincé à un salaire fixe de 500.000 euros en 2010, comme en 2009. Ce plafonnement était une exigence de l'Etat fédéral en échange d'aides publiques en milliards d'euros dont il n'a pas encore revu la couleur.