Renault: l'un des cadres a rencontré Ghosn mais ne réintégrera pas l'entreprise

© 2011 AFP

— 

L'un des cadres licenciés à tort par Renault, Bertrand Rochette, a rencontré le patron du constructeur Carlos Ghosn mais a refusé sa proposition de réintégration, jugeant le lien avec son ancien employeur "cassé", a-t-il dit mercredi sur RTL.

"Renault a fait une proposition de réintégration que j'ai refusée compte-tenu de l'ensemble de la gestion qui a été faite de cette affaire et de l'impossibilité pour moi finalement de renouveler ma confiance à cette entreprise et à m'investir alors que le lien est cassé", a-t-il déclaré.

Le constructeur a innocenté et promis "réparation" le 14 mars à ses trois cadres dirigeants licenciés "à tort" en janvier pour espionnage industriel, reconnaissant que l'affaire était probablement montée de toutes pièces.

"Renault essaye de tendre la main. Tendre la main après avoir donné de tels coups ça me semble impossible d'attraper cette main. Je n'ai pas l'objectif ni aujourd'hui, ni demain de réintégrer Renault", a ajouté M. Rochette, à l'issue d'une audience de conciliation aux Prud'hommes de Versailles.

Sa récente rencontre avec Carlos Ghosn s'est déroulée "correctement", a-t-il dit. Le patron de Renault s'était engagé à recevoir les trois cadres injustement accusés.

"Il a accepté de m'écouter dans ce que moi j'avais à lui dire sur ce que j'avais vécu et sur le reste d'indignation et de blessure que cette affaire m'a donné. Il y a des choses qui peuvent cicatriser, il y en a qui ne cicatrisent pas", a dit M. Rochette.