Libye: L'UE sanctionne le principal groupe pétrolier du pays

© 2011 AFP

— 

Les pays de l'Union européenne sont parvenus à un accord de principe pour sanctionner le principal groupe pétrolier libyen, la compagnie nationale NOC, a indiqué mercredi à l'AFP une source diplomatique.

>> Suivez en direct sur 20minutes.fr l'évolution de la situation en Libye

Accord technique

Des experts des 27 Etats de l'UE «sont parvenus à un accord au niveau technique», qui doit encore être formellement entériné par les gouvernements avant d'entrer en vigueur, «pour aligner les sanctions européennes contre la Libye sur celles de l'ONU», a souligné ce diplomate européen.

Cette décision gèle les fonds et ressources économiques des sociétés visées et interdit de procéder à des paiements en sa faveur.

La NOC est l'une des entités désignées par la résolution 1973 de l'ONU, votée la semaine dernière, comme «étant sous le contrôle de Mouammar Kadhafi et de sa famille». Le Conseil de sécurité note qu'elle «constituerait une source de financement de son régime». Considérée comme la pièce centrale de l'appareil pétrolier d'Etat libyen, elle contrôle, selon Washington, un réseau de sociétés qui s'occupent d'exploration pétrolière, de production et de vente de pétrole.

Groupes libyens

Le département du Trésor américain a déjà décidé mardi d'étendre les sanctions économiques des Etats-Unis contre le régime libyen à quatorze sociétés identifiées comme des filiales de la compagnie pétrolière nationale libyenne.

L'UE devrait elle aussi également sanctionner des filiales, a-t-on précisé de source diplomatique.

La décision européenne fait suite à celle prise lundi par les ministres européens des Affaires étrangères à l'encontre de neuf «entités» financières libyennes et de onze responsables gouvernementaux et proches collaborateurs du colonel Mouammar Kadhafi. Cela concernait des gels d'avoirs et des interdictions de visa.

Au total, depuis le début de la crise libyenne, l'Union européenne a décrété un embargo sur les armes, un embargo sur les matériels pouvant servir à la répression, ainsi que des gels d'avoirs et des interdictions de visa à l'encontre de Mouammar Kadhafi et de 37 de ses proches et responsables libyens.

Gel des transactions

Elle a également gelé les avoirs et transactions financières de onze entités, une liste qui devrait s'allonger avec les nouvelles sanctions pétrolières. Les Européens discutaient depuis plusieurs semaines de sanctions pétrolières contre la Libye, mais plusieurs Etats, en particulier l'Italie, son principal client en pétrole et en gaz, étaient réticents, selon des diplomates.

La décision du Conseil de Sécurité a fini par pousser les réticents dans leurs derniers retranchements, «puisqu'elle s'impose à nous tous», a souligné un diplomate de haut rang. La Libye est l'un des principaux producteurs de pétrole d'Afrique. Selon l'Agence internationale de l'énergie, elle produit en temps normal 1,69 million de barils par jour et en exporte 1,49 million, en immense majorité (85%) vers l'Europe.