Farine, café, huile: Dix produits alimentaires de base vont coûter jusqu'à 20% plus cher dans les semaines qui viennent

CONSOMMATION Les négociations entre industriels et distributeurs sont terminées...

Thibaut Schepman

— 

71 % des achats courants sont effectués dans les grandes surfaces.
71 % des achats courants sont effectués dans les grandes surfaces. — F. Scheiber / 20 minutes

Les prix alimentaires vont augmenter «progressivement» de 2 à 3% en moyenne dans les mois qui viennent. C’est le résultat des vastes et houleuses négociations commerciales closes au 1er mars, et dont les résultats ont été communiqués à 20minutes.fr mercredi.Mais ce chiffre, qui concerne près de la moitié des milliers de produits alimentaires commercialisés, cache des disparités. Plusieurs produits, dont beaucoup d’aliments de base, vont connaître des hausses spectaculaires. Classement des dix plus grosses hausses.

>>> Baguette, billet d'avion, bouteille de lait: Les hausses des cours se répercutent bien dans votre chariot… mais pas toujours les baisses. 

Farine: +15 à 20%
Elle remporte la palme de la plus forte augmentation de l’année. Une augmentation qui répercute la très forte hausse des cours des céréales lors de ces derniers mois.

Café: +10 à 20%
Le grain de café a atteint ses derniers mois des niveaux records, jamais vus depuis 1977. Votre expresso du matin va donc coûter plus cher dans les semaines qui viennent.

Pâtes: +5 à 10%
De même que pour la farine, la hausse des prix des céréales va faire grimper la note des pâtes alimentaires. Seule bonne nouvelle côté féculents: le riz, dont les cours sont restés stables, de même que les prix dans les étals.

Viennent ensuite l’huile végétale, dont le prix devrait augmenter de 5 à 8%, le beurre (4 à 8%) et le fromage (2 à 4%). Le pain va quant à lui augmenter de 5 à 7%, une hausse étonnante alors que le coût des matières premières compte peu dans le prix final de votre baguette

En ce qui concerne les sucreries, les biscuits vont prendre de 3 à 10% d’augmentation, et le chocolat de 5 à 7%. La faute à la flambée du cacao… et encore et toujours à la hausse des cours du blé. Les viandes (même si elles ne font pas partie des mêmes négociations), vont également prendre cher, puisque leur prix dépend beaucoup du cours des aliments pour animaux et donc des céréales. Comptez par exemple +6% pour le bœuf et +8,4% pour le porc.