Brésil: la présidente Dilma Rousseff déclare la guerre à l'inflation

© 2011 AFP

— 

La présidente du Brésil Dilma Rousseff s'est engagée à lutter fermement contre l'inflation, en progression dans le pays depuis 2010, dans une interview au quotidien économique Valor publiée jeudi.

"Je ne vais pas permettre que l'inflation réapparaisse au Brésil", a déclaré Dilma Rousseff en référence à l'hyper-inflation des années 80.

"Il n'y aura pas de négociation sur le taux d'inflation", a-t-elle souligné dans sa première interview à un journal brésilien depuis qu'elle a pris ses fonctions le 1er janvier.

La hausse de l'inflation qui coïncide avec la croissance de l'économie inquiète les autorités. En 2010, la hausse des prix à été de 5,9%, supérieure à l'objectif gouvernemental de 4,5%. Au cours des deux premiers mois, elle s'est établie à 6% sur un an.

La présidente du Brésil a affirmé que la lutte contre l'inflation ne devait pas ralentir la croissance. "Je suis sûre que le Brésil va croître de 4,5% à 5% cette année" (contre 7,5% en 2010 après une légère récession en 2009), a affirmé Rousseff pour qui "il est compatible de contrôler l'inflation tout en ayant une croissance soutenue".

Le Brésil vient d'annoncer des coupes de 22 milliards d'euros dans ses dépenses publiques mais a destiné la même somme aux investissements publics dans le pays.

"Nous allons freiner les dépenses du gouvernement (...), mais nous allons aussi maintenir un haut niveau d'investissements" pour encourager la croissance, a dit la présidente.