Pertes ou vols de données informatiques: la facture est en hausse pour les entreprises

© 2011 AFP

— 

Les pertes ou vols de données informatiques coûtent de plus en plus cher aux entreprises. La facture a grimpé en moyenne de 16% pour les entreprises françaises en 2010, selon un rapport de la société de sécurité Symantec et de l'Institut Ponemon.

72.000 données

«On sait que toutes les entreprises perdent des informations, s'en font voler ou subissent des attaques, mais il est toujours difficile d'avoir des chiffres précis sur le phénomène», a expliqué jeudi à l'AFP Laurent Heslault, directeur des technologies de sécurité chez Symantec.

Symantec et Ponemon se sont penchés sur le cas de 21 entreprises françaises (représentant 11 secteurs d'activité différents) qui ont reconnu avoir perdu jusqu'à 72.000 données informatiques.

«Les 21 brèches étudiées ont représenté chacune des coûts allant de 280.000 à 8,6 millions d'euros, et donc un coût moyen par entreprise de 2,2 millions d'euros», a précisé Laurent Heslault.

Ce «coût» englobe aussi bien les dépenses en termes de détection des incidents, des mesures prises a posteriori, et l'impact par exemple en termes de clients perdus. Les pertes des données les plus fréquentes (43%) sont imputables à «des erreurs de tiers», principalement celles de sous-traitants.

Actes malveillants

Les actes malveillants sont en hausse de 3% sur un an (38% au total): ce sont soit des «attaques» provenant de l'extérieur ou «ce qu'on appelle des internes malveillants: des salariés, parce qu'ils sont déçus ou licenciés, partent par exemple avec le fichier clients», explique Laurent Heslault.

Les «fuites» de données sensibles découlant de la perte ou du vol d'ordinateurs ou de téléphones sont également en croissance, souligne le rapport.

«Ce qui en revanche va dans le bon sens en France, et qui est à contre-courant par rapport aux Etats-Unis, sont les pertes de données liées à la négligence, qui ont tendance à baisser et qui sont passées de 35 à 29% sur un an», indique Laurent Heslault.

«Il y a une prise de conscience qui commence finalement à arriver. Il y a une évolution dans les types de moyens utilisés: on avait essentiellement de la sensibilisation, et depuis cette année il y a plus d'investissements dans la technologie», selon lui.