Westinghouse provoque Areva en pleine crise nucléaire au Japon

ECONOMIE Le groupe veut rafler un appel d'offres d'EDF...

E.M.

— 

La centrale nucléaire de Tricastin située à Pierrelatte dans le Vaucluse, en région Paca.
La centrale nucléaire de Tricastin située à Pierrelatte dans le Vaucluse, en région Paca. — Sebastien Nogier / Reuters

Tous les regardes sont tournés vers la centrale nucléaire de Fukushima et ses réacteurs. Mais pendant ce temps-là, les affaires continuent dans le secteur.

>> Suivez en direct sur 20minutes.fr l'évolution de la situation au Japon

Et le constructeur américano-japonais, Westinghouse a bien l’intention de défier Areva dans l’Hexagone. Il espère gagner une part de l'appel d'offres en cours d'EDF pour 44 générateurs de vapeur, selon des informations publiées jeudi par La Tribune. Un marché potentiel qui représente plus de 3 milliards d'euros.

Intervention de l'Etat

«Nous sommes un acteur du paysage, une alternative européenne aux fournisseurs actuels », lance Yves Brachet, vice-président Westinghouse France, Benelux et Afrique du Sud, qui promet de fabriquer ces générateurs en Grande-Bretagne, en Italie et en France.

Le gouvernement avait indiqué en février qu'il n'interviendrait pas auprès de l'électricien public pour qu'il retienne Areva  dans le cadre de cet appel d'offres.

Contrôlé par le japonais Toshiba, Westinghouse a vendu à la France la licence qui a permis depuis la fin des années 1950 de développer le parc nucléaire français.