Bourses: l'Asie se reprend dans le sillage de Tokyo, l'Europe ouvre en hausse

© 2011 AFP

— 

Les Bourses asiatiques et européennes se reprenaient mercredi, dans le sillage de Tokyo, en hausse après un plongeon historique, les investisseurs profitant des bonnes affaires après le mouvement de ventes paniques causé par l'aggravation de la crise nucléaire au Japon.

L'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a clôturé en très forte hausse de 5,68%, des investisseurs se précipitant sur des titres à prix bradés au lendemain d'une chute historique.

Les Bourses de la région ont suivi le mouvement amorcé par Tokyo et ont terminé en hausse: Shanghai a progressé à la clôture de 1,19%, Hong Kong de 0,10%. Séoul a gagné 1,77%, Taipei 1,09%, Sydney 0,65%, Wellington 0,38% et Manille 0,46%.

A l'ouverture l'Europe semblait suivre ce mouvement de rebond: en début de séance Paris s'appréciait de 0,24%, Londres de 0,09% et Francfort de 0,89%. La Bourse de Madrid grignotait 0,04%, la Bourse suisse 0,48%. Seule Milan était en baisse de 0,11%.

"Les investisseurs vont profiter de la forte baisse de la veille pour acheter des titres bon marché, mais la tendance peut se retourner en cours de séance si la crise s'aggrave encore dans l'archipel nippon", a confirmé un analyste de la place parisienne.

Mardi, au terme d'une des pires journées de son histoire, la Bourse de Tokyo s'était effondrée de 10,55% à la clôture, la troisième plus importante chute depuis sa création il y a plus d'un demi-siècle.

L'indice Nikkei des valeurs vedettes a gagné 488,57 points à 9.093,72 points mercredi.

Lors des journées de lundi et mardi, l'indice Nikkei avait plongé au total de plus de 16%, après le séisme et le tsunami de vendredi qui ont dévasté le nord-est du Japon et entraîné de graves problèmes sur une centrale nucléaire.

Toshikazu Horiuchi, de la maison de courtage Cosmo Securities, a attribué la remontée de mercredi à "des rachats notamment chez les fonds d'investissement, après la vente panique d'hier".

Il a toutefois ajouté que la remontée risquait de n'être que temporaire.

"Tant que le problème des centrales nucléaires n'est pas résolu, la reconstruction ne pourra pas commencer, or c'est à ce moment là que nous pourrons évaluer les dégâts (du séisme) sur les revenus" des entreprises, a-t-il expliqué, cité par Dow Jones Newswires.

En attendant, les actions des constructeurs automobiles se sont envolées, bien qu'ils tournent encore au ralenti: à Tokyo Toyota a bondi de 9,14% à 3.345 yens, Honda 3,90% à 3.090 yens et Nissan 6,16% à 741 yens.

Parmi les fabricants d'électronique, largement en baisse la veille, Sony a repris 8,78% à 2.528 yens, Panasonic 7,39% à 930 yens, Sharp 7,26% à 724 yens.

Mitsubishi Heavy Industries a gagné 6,27% à 305 yens et Hitachi s'est envolé de 16,57% à 422 yens. Toshiba, également producteur de centrales nucléaires, a grimpé beaucoup plus modestement de 2,11%, à 338 yens.

En Europe, les titres de l'énergie, de l'automobile et du luxe, qui avaient fortement souffert lors des deux dernières séances reprenaient aussi un peu de couleur, les investisseurs profitant de bonnes affaires.

La situation restait critique mercredi à la centrale de Fukushima, où les autorités japonaises luttaient pour prévenir une catastrophe nucléaire majeure, un scénario auquel se préparaient un grand nombre de pays étrangers.

Tepco, l'exploitant de la centrale, a encore plongé de 24,57% mercredi à la Bourse de Tokyo, après avoir perdu près de la moitié de sa valeur lundi et mardi, cédant chaque jour le maximum autorisé.

Pour soutenir l'économie après le séisme, la Banque du Japon (BoJ) a annoncé mercredi avoir injecté 5.000 milliards de yens (44 milliards d'euros) sur le marché.

Ce nouvel apport de fonds porte à 28.000 milliards de yens (245 milliards d'euros) la somme totale fournie par la BoJ au marché interbancaire depuis lundi.

La BoJ veut soutenir les banques des zones durement affectées par le séisme et les graves problèmes dans les centrales nucléaires.