Affaire Renault: Vers des indemnités records pour les trois anciens cadres

ÉCONOMIE ls ont été licenciés à tort pour des faits d'espionnage...

Thibaut Schepman

— 

L'affaire empoisonne Renault.
L'affaire empoisonne Renault. — F. DURAND / SIPA

Après ses excuses officielles, Renault va devoir sortir le carnet de chèque pour dédommager ses cadres évincés en janvier dernier. Selon le Parisien, «la base de négociation» entre la firme et ses anciens employés serait de 2 millions d’euros par personne.

>> Comment une telle affaire a-t-elle pu éclater chez Renault? Les réponses de Didier Toussaint, auteur d’un ouvrage sur l’entreprise… 

Un montant minimum, puisque l’entreprise a déjà «provisionné» 12 millions d’euros pour les remboursements futurs. «Vu l’ampleur de l’affaire et l’importance du préjudice subi par ces hommes jetés en pâture sur la scène internationale, il va falloir ajouter beaucoup de zéro à ce qui se négocie habituellement», a précisé maître Thibault de Montbrial, avocat de l’un des trois cadres. L’avocat d’un autre de ces cadres confirme dans le Parisien : «5 millions d’euros, ce serait acceptable».

Le syndicat CGT a vivement réagi, jugeant «inadmissible» que ce soit l’entreprise «et donc les salariés qui paient les fautes commises par leurs dirigeants». Carlos Ghosn avait annoncé lundi sur TF1 qu’il renonçait symboliquement à son bonus annuel de 1,6 million d'euros, soit très probablement moins que le montant des futures indemnités des salariés.