Immobilier : les prix devraient se calmer

© 20 minutes

— 

La course folle des prix de l’immobilier va-t-elle ralentir, après un bond de 62,9 % en quatre ans ? C’est l’avis des grands réseaux d’agences mais les estimations divergent sur son ampleur. En 2006, les prix dans l’ancien devraient augmenter de 6 à 7 %, contre 10,3 % en 2005, a affirmé hier la Fédération nationale de l’immobilier (Fnaim). Pour Century, qui relève une hausse de 12,03 % en 2005, la progression atteindrait 10 %. Le directeur général du groupe de presse immobilière De particulier à particulier va jusqu’à imaginer une baisse de 30 à 40 % sur cinq ans. Il est vrai qu’en 2005, la progression a été moins forte que les 15,5 % enregistrés en 2004, reconnaît la Fnaim. Mais une baisse n’est pas envisageable pour autant : « Les zones déjà très chères et ayant connu une forte augmentation récente vont rester stables. Mais toutes les autres vont continuer à la hausse. » Comme l’an dernier. Les ménages seront simplement plus regardants à la dépense, vu le niveau des prix, et d’autant plus si le coût du crédit augmente. Ainsi, l’évolution correspon- dra à celle des revenus des ménages qui achètent, conclut la Fnaim, ajoutant que ces derniers s’enrichissent plus que les autres. Angeline Benoit

disparités A Biarritz, Nice ou Marseille, les prix ont enregistré des hausses de 10 %, 10,2 % et 10,5 %, contre 23,8 %, 16,5 % et 15,5 % pour des villes auparavant moins recherchées comme Brest, Nantes et Strasbourg.