Esturgeon menacé, caviar interdit

© 20 minutes

— 

Les exportations mondiales de caviar ont été suspendues hier par la Cites, un organisme dépendant des Nations unies. « Les pays de la mer Caspienne, qui fournissent 90 % de la production, n’ont pas transmis assez de données sur leurs réserves d’esturgeons », a expliqué Juan Carlos Vasquez, juriste de la Cites. Ce poisson est proche de l’extinction et les quotas de pêche ne seront pas délivrés tant que sa protection ne sera pas garantie. A 3 000 e le kilo de caviar, ce commerce génère un chiffre d’affaires annuel de 300 millions d’euros. Mais selon l’association écologiste Traffic, six à dix fois plus de ce produit de luxe atterrit chaque année sur le marché noir. Pour la Cites, l’Iran, la Russie et leurs voisins doivent intégrer les pêches illégales à leurs propositions de quotas. Difficile. « Après la chute du communisme, l’économie de ces pays s’est effondrée, explique Gérard Wild, du Centre d’études prospectives et d’informations internationales. Des villages de pêcheurs se sont tournés vers la contrebande pour survivre. Les Etats, eux, ne sont plus capables de faire respecter les quotas. » A. B.

contrôle Pour la Cites, les écologistes et les importateurs, les pays riches – destinataires du caviar – doivent mieux contrôler les frontières, sensibiliser les consommateurs et organiser la traçabilité des produits.