Le malaise à La Poste ne fait pas un pli

SOCIAL Devenue société anonyme, La Poste est en proie à des tensions...

Delphine Bancaud

— 

Les syndicats ont appelé à une grève nationale à La Poste le 29 mars.
Les syndicats ont appelé à une grève nationale à La Poste le 29 mars. — TSCHAEN / SIPA

ll enfourche son vélo avec moins d'entrain qu'avant. Pierre, 37 ans, facteur dans la Sarthe depuis dix ans, avoue ne plus reconnaître son entreprise. Car depuis un an, La Poste a bien changé: elle est devenue une société anonyme à capitaux publics pour affronter l'ouverture totale du marché postal à la concurrence, effective depuis le 1er janvier.

Un changement de dimension qui s'est répercuté sur les méthodes de travail, à en croire Pierre: «Tous les dix-huit mois, on a droit à une nouvelle réorganisation visant à faire des gains de productivité. Chaque fois, on nous demande d'être plus flexibles et plus rapides. Du coup, je n'ai plus le temps de bien faire mon travail [...]. Pour pouvoir boucler ma tournée, j'effectue au moins quatre heures de travail supplémentaires par semaine, qui ne me sont pas payées. Et lorsqu'un de mes collègues s'absente, je récupère une partie de sa tournée...».

Augmentation des arrêts maladie

Un malaise constaté par les syndicats, qui notent une augmentation des arrêts maladie et dénoncent les baisses d'effectifs, La Poste ne remplaçant actuellement qu'un départ en retraite sur trois ou quatre.

Pour réclamer davantage de moyens, la CGT, SUD, la CFDT et la CFTC ont d'ailleurs appelé à une grève nationale le 29 mars. Contactée par 20 Minutes, la direction de l'entreprise rappelle que son «modèle social est fondé sur l'absence de plans de départs imposés, l'absence de mobilité forcée» et qu'elle «met en œuvre de très importants moyens de formation, de sensibilisation et d'accompagnement» des salariés. En signe d'apaisement, elle a aussi annoncé en février qu'elle recruterait 4.000 personnes en 2011.