l'unicef a besoin d'un milliard d'euros

gilles wallon

— 

Les inondations au Pakistan (photo) nécessitent près de 215 millions d'euros de financement, selon l'Unicef.
Les inondations au Pakistan (photo) nécessitent près de 215 millions d'euros de financement, selon l'Unicef. — A. SOOMRO / REUTERS

Les besoins en aide humanitaire restent gigantesques au Pakistan et en Haïti, mais également au Soudan, au Congo et au Zimbabwe, rappelle l'Unicef aujourd'hui dans son rapport annuel. L'organisation des Nations unies pour l'aide à l'enfance affirme avoir besoin de 1,4 milliard de dollars (1 milliard d'euros) pour mener à bien ses actions en 2011.

Eau insalubre
A elles seules, les inondations au Pakistan nécessitent près de 300 millions de dollars (environ 215 millions d'euros) de financement. Les crues, qui ont débuté à la fin juillet, ont englouti un cinquième du pays, soit près de 800 000 km2 de terrain. Deux mille personnes y sont mortes et 18 millions d'autres y ont perdu leurs terres, leurs maisons, leur bétail. L'assainissement de l'eau figure parmi les priorités des associations humanitaires : près de dix millions de réfugiés auraient consommé de l'eau insalubre.
Plus d'un an après le séisme, un million de réfugiés vivent encore dans des camps de fortune en Haïti. Parmi eux, 400 000 enfants, les plus vulnérables dans l'épidémie de choléra qui a provoqué 2 500 décès depuis le 15 décembre. L'Unicef estime à 157 millions de dollars ses besoins pour Haïti. C'est presque autant que pour le Soudan (160 millions de dollars), où vivent 4,3 millions de réfugiés. Le spectre de la sécession du Sud-Soudan laisse craindre une augmentation spectaculaire des besoins et des complications dans l'acheminement de l'aide humanitaire.

le financement de l'unicef

L'Unicef est principalement financée par les Nations unies, mais bénéficie aussi de donations faites par les gouvernements, de bienfaiteurs privés et de la vente de produits siglés. En 2010, après une année de dons exceptionnels, le budget de l'Unicef s'élevait à 830 millions de dollars, soit 45 % de plus qu'en 2009.