France Télécom «légèrement plus optimiste» pour 2011

ECONOMIE Le groupe a dégagé un chiffre d'affaires de 45,5 milliards d'euros l'année dernière...

E.M. avec Reuters

— 

Le logo de France Telecom.
Le logo de France Telecom. — ZEPPELIN/SIPA

France Télécom a publié jeudi un chiffre d’affaires quasi stable pour 2010 à 45,5 milliards d’euros. Le groupe ne s’attend pas à un retournement de situation cette année mais est tout de même un peu plus optimiste.

Nouveaux abonnés

L'opérateur historique a amélioré ses conquêtes d'abonnés en France à la fin de l’année dernière grâce à une offensive commerciale agressive. Une stratégie qui a cependant mis à mal sa rentabilité, face à une pression accrue de ses concurrents SFR, Bouygues et Iliad.

En 2010, la part de conquête de nouveaux abonnés dans le fixe en France a atteint 36% au quatrième trimestre, à comparer avec 28,2% au troisième. Elle se redresse ainsi nettement après un début d'année particulièrement faible avec un taux de 15,5% enregistré au deuxième trimestre. Dans le mobile, le groupe affiche toujours une part de marché de 46,6%.

«Le mois de décembre a été le mois le plus fort d'activité commerciale en matière de mobile pour le groupe depuis le début de commercialisation de mobiles, avec un nombre d'actes commerciaux jamais atteint jusque-là», a déclaré le directeur financier Gervais Pellissier, lors d'une conférence téléphonique.

Plus optimiste

 «On est légèrement plus optimiste que l'année dernière, mais (2011) sera largement comparable à ce qui s'est passé en 2010. Ce n'est pas encore l'embellie totale, mais c'est plutôt mieux que ce que nous attendions», a-t-il expliqué.

«Il y a encore de la pression sur les marges, similaire aussi (à celle de 2010), parce que la concurrence est là, et la préparation en France de l'arrivée d'un quatrième entrant pèse sur les prix, en particulier en matière de mobile (...) Donc on reste prudent», a-t-il ajouté.

Le conseil d'administration du groupe a aussi officialisé mercredi soir la nomination de Stéphane Richard en tant que PDG à compter du 1er mars, à la place de Didier Lombard.