France Telecom: Stéphane Richard, actuel directeur général, nommé PDG

© 2011 AFP

— 

Le conseil d'administration de France Télécom a décidé de nommer PDG Stéphane Richard, actuel directeur général, à compter du 1er mars, et a acté le départ de Didier Lombard de son poste de président non exécutif, a annoncé le groupe mercredi soir.

Le conseil d'administration de France Télécom "a décidé de nommer Stéphane Richard président-directeur général, à compter du 1er mars 2011", selon un communiqué du groupe.

"Didier Lombard devient conseiller spécial de Stéphane Richard sur les orientations stratégiques et la vision technologique du Groupe", ajoute France Télécom-Orange.

Si la nomination de Stéphane Richard, actuel directeur général et patron de fait de l'opérateur, en tant que PDG était attendue, l'avenir de Didier Lombard au sein du groupe restait en question, tout comme l'attribution d'une éventuelle retraite chapeau de 300.000 euros par an, selon un calcul mené par des sources internes.

Selon ces sources, en restant au sein de France Télécom M. Lombard, qui aura 69 ans dimanche, toucherait ainsi une rémunération en tant que salarié, ce qui retarderait le versement de ses indemnités retraite correspondant à ses fonctions de président du conseil d'administration.

En annonçant le 11 février au quotidien La Tribune qu'il quittait ses fonctions avant le terme de son mandat, Didier Lombard avait indiqué qu'il ne recevrait pas "d'indemnités de départ en cette circonstance".

Selon le communiqué de l'opérateur, "nommé président-directeur général en février 2005, Didier Lombard a fait de France Télécom-Orange l’un des tout premiers opérateurs mondiaux, tant en termes de technologie que de solidité financière".

Didier Lombard avait cédé les rênes opérationnelles du groupe le 1er mars 2010 à l'actuel directeur général, Stéphane Richard, après avoir été fragilisé par une vague d'une trentaine de suicides de salariés entre janvier 2008 et fin 2009.

La CFE-CGC/UNSA et l’ADEAS (Association pour la défense de l’épargne et de l’actionnariat des salariés de France Télécom-Orange) ont immédiatement exigé "le départ immédiat de Didier Lombard". Ils dénoncent dans un communiqué "un maintien en poste dans le but de bénéficier de ses stocks options".

"Il s’agit de permettre à Didier Lombard d’exercer les 700.000 stocks options que le Conseil d’Administration lui a accordées à plusieurs reprises. En effet si celui-ci quittait le groupe, il perdait la possibilité de les faire valoir. Or le cours est actuellement trop faible pour les exercer", soulignent-ils.