Les Français parmi les champions du monde du pessimisme

ECONOMIE Le moral des ménages chute dans de nombreux pays...

E.M.

— 

Les Français ne sont pas les seuls à être en petite forme. Fin 2010, le moral des ménages était en berne dans de nombreux pays, selon l’indice mondial du cabinet Nielsen publié mercredi.

Baisse de moral

Les auteurs de l’étude ont interrogé 29.000 consommateurs de 52 Etats pour connaître leur niveau de confiance sur la situation économique et leurs perspectives sur l’avenir. Et le constat est sans appel: dans 25 pays, leur moral a baissé au dernier trimestre 2010 par rapport au début de l’année.

Seuls 14 des pays interrogés ont un moral des ménages avec un indice supérieur à 100, niveau qui correspond au degré moyen d’optimisme.

L’Amérique latine est la région où les consommateurs sont les plus optimistes  avec 100 points, pour un indice mondial à 90. Elle est suivie par l’Asie-Pacifique (97 points) et l’Amérique du Nord (83 points). Du côté des pays, les Indiens sont ceux qui ont le plus le moral. Ils terminent l’année 2010 en tête du classement (indice 131), devant les Philippins (120), les Norvégiens (119) et les Indonésiens (116).

Les Européens, champions du pessimisme

Les Européens, au contraire, sont les champions du monde du pessimisme: leur moral atteint péniblement les 78 points. La Croatie, le Portugal, la Grèce et la Roumanie arrivent même en queue de peloton sur les 52 Etats.

La France est aussi à la traîne par rapport à ses voisins, avec un indice en baisse, à 65 contre 67 au trimestre précédent.

83% des Français pensent ainsi que leur pays est en récession économique, contre 69% des consommateurs au niveau européen. Sur l’emploi, plus d’un tiers des consommateurs de l’Hexagone estiment que les perspectives sont mauvaises, contre 23% en moyenne en Europe

Comme dans les autres pays, la principale préoccupation des Français reste l’augmentation de la facture énergétique, juste devant la hausse des prix des matières premières et la sécurité de l’emploi.

Avec cette petite forme, un ménage sur deux dans l’Hexagone estime que la période est mauvaise pour faire des achats,  un score comparable à la moyenne européenne.  «A la question «Que faîtes-vous de l’argent disponible une fois vos dépenses courantes réalisées?», 42% d’entre eux disaient épargner au 1er trimestre 2010… ils ne sont plus que 36% au 4e trimestre avec une chute régulière de trimestre en trimestre», affirme le communiqué.