La Bourse de Paris termine stable en dépit d'indicateurs décevants

© 2011 AFP

— 

La Bourse de Paris a bien résisté jeudi, terminant à l'équilibre (+0,02%) grâce à des publications d'entreprises jugées solides qui ont permis de compenser en partie des chiffres macroéconomiques américains qui ont déçu les investisseurs.

Le CAC 40 a gagné 1,05 point à 4.152,31 points dans un volume d'échanges de 4,38 milliards d'euros.

"Le marché résiste bien en ce moment malgré des chiffres macroéconomiques décevants. L'intérêt pour l'Europe et la France, qui n'existait pas en 2010, revient alors que les investisseurs se méfient un peu plus des pays émergents à cause de l'inflation", a expliqué Arnaud de Champvallier de Turgot Asset Management.

Le marché, qui avait ouvert en hausse, a cédé du terrain sous la pression d'une inflation un peu plus forte qu'attendu et de chiffres de l'emploi décevants aux Etats-Unis, avant de finalement grappiller des points dans les dernières minutes pour terminer à l'équilibre.

Aux Etats-Unis, les prix ont augmenté de 1,6% en glissement annuel en janvier, principalement à cause de la hausse des prix de l'alimentation et de l'énergie. Quant aux nouvelles inscriptions au chômage, elles n'ont pas réussi à se maintenir en dessous de 400.000 la semaine passée (+410.000 dépôts recensés), un seuil psychologique important pour le marché.

"Grâce aux publications d'entreprises qui sont satisfaisantes, le marché parisien rattrape son décalage par rapport aux autres Bourses", a estimé M. de Champvallier.

Sur le front des valeurs, Capgemini (+7,63% à 42,89 euros) a mené toute la séance les hausses au sein du CAC 40, après avoir annoncé un bénéfice net 2010 en hausse de 57%.

Des ventes record et un bénéfice doublé ont permis à Schneider Electric de s'adjuger 2,52% à 117,95 euros. C'est également grâce à des résultats supérieurs aux attentes que PPR a gagné 2,16% à 115,85 euros.

A l'opposé, Pernod Ricard a reculé de 4,28% à 67,61 euros, les investisseurs étant déçus des nouvelles perspectives du groupe. Autre titre pénalisé: Axa (-3,30% à 15,40 euros), qui a cédé du terrain sous l'effet de prises de bénéfices.

Hors CAC 40, Euro Disney a encore progressé, gagnant 1% à 9,05 euros, soit une progression de 119% depuis le 1er janvier.

  1. Euronext (CAC 40)