Le Rafale est handicapé par le niveau de l'euro, selon Dassault

C. F. avec Reuters

— 

Serge Dassault, président d'honneur de Dassault Aviation, a jugé ce dimanche que l'avion de combat Rafale produit par son groupe souffrait du niveau de l'euro sur la scène commerciale internationale.

«On a un problème, c'est qu'on vend en euro, et si on vend en euro, on vend plus cher qu'en dollar», a déclaré Serge Dassault sur i>Télé.  «On a des difficultés parce qu'on a une compétition énorme avec les Anglais, les Américains et surtout au point de vue prix, on est plus cher, c'est vrai», a-t-il ajouté.

«Donc, c'est très difficile. On a le meilleur avion du monde, le Rafale, on a un bon système d'armes et on a des discussions. Ça va venir», a-t-il estimé.

L'espoir de voir le Brésil acheter le Rafale, qui n'a pour l'instant jamais trouvé preneur à l'international, s'est aminci cette semaine avec la publication d'informations selon lesquelles Brasilia lui préférerait le F-18 de Boeing.

Mais le porte-parole du gouvernement français, François Baroin, et Dassault Aviation ont dit leur confiance mercredi dans la possibilité pour Dassault de remporter le contrat.

Selon Serge Dassault, «on a autant de mal parce que pour vendre un Rafale, c'est une opération politique». «Il faut qu'il y ait un appui politique. Nous l'avons maintenant grâce au président, mais on a quand même un ennemi politique qui (sont) les Etats-Unis qui (font) tout pour qu'on ne vende rien nulle part, qui baissent (leurs) prix», a-t-il déploré sur i>Télé.