Alimentation: Le gouvernement veut dénoncer les entreprises qui augmenteraient trop leurs prix

CONSOMMATION L'envolée des cours des matières premières ne doit pas servir de prétexte...

E.M. avec Reuters

— 

Le secrétaire d'Etat au Commerce et au Tourisme, Frédéric Lefebvre, le 14 janvier 2011. 
Le secrétaire d'Etat au Commerce et au Tourisme, Frédéric Lefebvre, le 14 janvier 2011.  — FACELLY/SIPA

Les entreprises sont prévenues: le gouvernement a menacé de représailles celles qui augmenteraient excessivement les prix des produits alimentaires sous couvert de répercuter la hausse des cours des matières premières.

Le secrétaire d'Etat au Commerce, Frédéric Lefebvre, a précisé lundi avoir demandé à la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) de faire de la surveillance de ces prix une priorité en 2011.

Hausse des matières premières

Du blé au maïs, le cours de plusieurs matières premières agricoles ont atteint des sommets ces dernières semaines. En cause: les fortes intempéries dans certains pays producteurs ainsi que des mouvements spéculatifs.

>> Le blé, ce produit financier comme les autres, retrouvez l’analyse de 20minutes.fr

«Qu'il y ait des répercussions à des niveaux raisonnables, c'est absolument normal (...) mais il n'est pas question qu'un certain nombre d'industriels en profitent, je pense à certaines multinationales par exemple, pour faire passer n'importe quelle hausse», a déclaré Frédéric Lefebvre à des journalistes.

Menaces

«Quand il y a abus, quand on ne dit pas la vérité, quand on s'est abrité derrière cette question des matières premières pour faire passer d'autres hausses, je dirai publiquement le nom des marques ou le nom éventuellement des enseignes qui vendraient ces marques», a-t-il ajouté à l'occasion de la présentation du bilan 2010 de la DGCCRF.

>> Baguette de pain, billets d’avion et bouteille de lait: l’impact de la hausse des cours sur les prix, lire le décryptage de 20minutes.