L'augmentation «très prononcée» des prix agricoles provoque des «troubles politiques inimaginables»

COMMERCE C'est l'avis du directeur général de l'OMC, Pascal Lamy...

© 2011 AFP

— 

Le directeur général de l'Organisation mondiale du Commerce (OMC) Pascal Lamy a estimé samedi à Pretoria qu'un accord sur la libéralisation des échanges pouvait être conclu d'ici la fin de l'année, bien que le négociateur européen ait évoqué un "grand risque d'échec".
Le directeur général de l'Organisation mondiale du Commerce (OMC) Pascal Lamy a estimé samedi à Pretoria qu'un accord sur la libéralisation des échanges pouvait être conclu d'ici la fin de l'année, bien que le négociateur européen ait évoqué un "grand risque d'échec". — Alexander Joe AFP

La hausse des prix des produits agricoles a provoqué des «troubles politiques d'une proportion que nous aurions pu difficilement imaginer», a estimé lundi le directeur général de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), Pascal Lamy.

«La hausse des prix des aliments provoque une inflation mondiale, sans compter des troubles politiques d'une proportion que nous aurions pu difficilement imaginer», a déclaré M. Lamy, à l'ouverture d'une conférence de deux jours organisée par l'ONU sur la volatilité des marchés agricoles. Il n'a toutefois pas fait d'allusion directe à la situation en Tunisie et en Egypte, mais a expliqué que cette hausse des prix était une «préoccupation très grande dans le monde».

Crise climatique et spéculation

>> Spéculation alimentaire: L'épi de blé ou la graine de colza, des produits financiers comme les autres

M. Lamy a indiqué que l'augmentation des prix cette année serait «très prononcée» pour le «pétrole brut, le cuivre, l'or, le blé et les graines de soja». Il a estimé que ces hausses des tarifs sont provoquées notamment par des limites au commerce exercées par certains pays. Le responsable a ainsi particulièrement critiqué les restrictions aux exportations de blé imposées par la Russie et l'Ukraine à la suite de la sécheresse dans ces deux pays l'année dernière.

>> Pourquoi les prix alimentaires vont augmenter, à lire sur 20minutes.fr...

Il a reconnu que la «crise climatique» avait un impact sur le commerce des produits alimentaires. De son côté, le secrétaire général de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced), Supachai Panitchpakdi, a jugé que les «pics» de prix atteints en 2010/2011 étaient «similaires» à ceux de 2008. Il a souligné le rôle joué, comme en 2008, par la spéculation dans le secteur des produits agricoles.

Mais il y a des «caractéristiques différentes dans le bond actuel», a-t-il dit, notamment les «événements météorologiques au Pakistan et en Russie», deux pays qui ont respectivement connu des inondations et des sécheresses.