Total compte forer du gaz de schiste près de Montélimar

ÉNERGIE n potentiel de dix ans de consommation française, mais une polémique environnementale...

Thibaut Schepman

— 

Le siège de Total à La Défense à Paris.
Le siège de Total à La Défense à Paris. — SIPA

Total est bien décidé à exploiter rapidement le gaz de schiste enfouis dans le sud-est de la France. Alors que la polémique monte sur les conséquences écologiques et sanitaires de ce mode d'exploitation, l’entreprise part à la recherche de partenaires pour commencer la phase d’exploration, rapporte vendredi le journal les Échos.

2.380 milliards de mètres cubes de gaz

Le quotidien cite un document interne que le groupe pétrolier a envoyé aux compagnies susceptibles d'être intéressées et où il précise avoir identifié un site «à haut potentiel». Total juge cette opportunité dans le gaz de schiste «importante et très significative», ajoute le quotidien.

 >> La Google map des permis de prospection en France...

Le groupe vient de publier une premières «offre d'entrée» sur son permis d'exploration de Montélimar (Drôme) et a déposé une nouvelle demande de permis au nord du site actuel, poursuit le journal économique.

Selon lui, Total estime que la zone pourrait contenir des ressources allant jusqu'à 2.380 milliards de mètres cube de gaz, soit dix ans de consommation française dans l'hypothèse la plus pessimiste, et 21 ans dans le scénario le plus favorable.

Le gaz de schiste est un gaz naturel «non conventionnel». Pour l'exploiter, il faut fracturer les roches profondes en injectant d'un liquide à haute pression, qui fait remonter le gaz vers la surface. De telles pratiques ont eu de lourdes conséquences environnementales aux Etats-Unis, et les écologistes craignent qu’elles se répètent en France.

>> Une entreprise américaine veut forer le pétrole du Bassin Parisien. A lire sur 20minutes.fr...