Tablettes, "smartphones" et mini-PC ont dopé le "high tech" en France en 2010

© 2011 AFP

— 

Tablettes, "smartphones", mini-ordinateurs, mais aussi téléviseurs à écran plat : l'engouement des Français pour les nouvelles technologies a permis au secteur de renouer avec la croissance en 2010, après deux années plombées par la crise.

Le secteur des biens technologiques "est retourné à la croissance en 2010" avec un chiffre d'affaires en hausse de 0,9% à 17,7 milliards d'euros toutes taxes comprises, selon le bilan présenté mercredi par l'institut GfK, qui compile les ventes au détail de plus de 28.000 magasins.

Il revient ainsi "à un niveau très proche de celui d'avant la crise en 2008" après deux années marquées par une baisse du chiffre d'affaires, de 5,5% en 2008 puis de 0,9% en 2009.

Les produits phares de l'année écoulée sont sans conteste les téléphones multifonctions connectés à internet ou "smartphones", les ordinateurs portables et, bien entendu, les tablettes numériques.

Popularisées par l'iPad lancé par Apple en avril, qui continue de dominer le marché, et suivies par des modèles du fabricant coréen Samsung ou du français Archos, les tablettes se sont vendues à 435.000 exemplaires en 2010, dont 160.000 pendant les fêtes de fin d'année.

"La tablette va continuer de croître, il devrait s'en vendre un million en 2011" pour un prix moyen de 500 euros, a estimé François Klipfel, directeur général adjoint de GfK, soulignant que d'autres fabricants s'apprêtent à lancer leurs modèles.

Au-delà des tablettes, les Français, de plus en plus "connectés" via le wi-fi et l'internet mobile, ont plébiscité l'ensemble des produits utilisables "en mobilité", selon GfK.

Parmi ceux-ci, les téléphones mobiles atteignent un nouveau record en 2010 : 24,7 millions d'appareils ont été vendus, générant un chiffre d'affaires réel de 5,1 milliards d'euros (plus 5,6%).

Les smartphones, dont les prix moyens sont en baisse par rapport à 2009, sont clairement les grands gagnants : les consommateurs ont dépensé un milliard d'euros pour 7,7 millions de ces appareils. Mais hors subventions des opérateurs télécoms, ce segment représente un chiffre d'affaires de 3,2 milliards d'euros pour les fabricants.

"A terme, 90% du marché mobile sera +smartphone+", a par ailleurs prédit François Klipfel, jugeant que, dès 2011, près d'un téléphone portable vendu sur deux, soit 11,8 millions d'appareils, devrait relever de cette catégorie.

"C'est vraiment le couteau suisse. Ecouter la radio, aller sur internet consulter sa page Facebook, prendre des photos ou filmer, écouter de la musique... un possesseur de +smartphone+ profite à fond de toutes ses fonctionnalités", a-t-il ajouté.

La taille de l'écran grandit d'ailleurs au fur et à mesure que les gens s'équipent : près de 70% des "smartphones" vendus en 2010 possédait un écran supérieur à trois pouces (environ 7,5 centimètres de diagonale).

Autre segment porteur, les ordinateurs portables (plus trois pour cent à 2,75 milliards d'euros), portés notamment par les mini-ordinateurs, légers et de petite taille, dits "netbooks".

Mais l'ordinateur fixe est loin d'être mort, selon GfK, qui note par ailleurs que les foyers sont de plus en plus "multi-équipés", cumulant plusieurs ordinateurs, mais aussi plusieurs téléviseurs auxquels viennent s'ajouter "smartphones" et tablettes.

Enfin, avec 8,5 millions d'appareils vendus en 2010, les téléviseurs constituent toujours un gros poste de dépense des Français, générant un chiffre d'affaires en baisse de un pour cent à 4,3 milliards d'euros.

Grâce à l'engouement pour les écrans plats, qui équipe aujourd'hui 65% des foyers, ce segment devrait continuer à enregistrer de fortes ventes en 2011, estimées à neuf millions d'unités, selon GfK. Il continuera aussi d'être dopé par le passage de nombreuses régions à la télévision numérique terrestre.