«Dailymotion n'est pas menacé par YouTube, il y a de la place pour deux», selon son PDG, Cédric Tournay

INTERVIEW Le PDG de Dailymotion, Cédric Tournay, répond aux questions de 20minutes.fr...

Propos recueillis par Elsa Meyer

— 

Le PDG de Dailymotion, Cédric Tournay, le 25 janvier 2011 à Paris lors d'une conférence de presse commune avec Orange.
Le PDG de Dailymotion, Cédric Tournay, le 25 janvier 2011 à Paris lors d'une conférence de presse commune avec Orange. — MEIGNEUX/SIPA

Orange pourrait bien acquérir 49% du capital de Dailymotion. Les discussions ont officiellement été lancées mardi.  
 
Le PDG du site de vidéos en ligne, Cédric Tournay, explique à 20minutes.fr les raisons de cette stratégie.

Pourquoi souhaitez-vous qu’Orange devienne actionnaire de Dailymotion?

Nous sommes à un tournant de notre histoire. Dailymotion existe depuis six ans dans plusieurs pays. Au départ, nous étions un site de partage de vidéos accessible exclusivement derrière un ordinateur. Aujourd’hui, Dailymotion est visible sur mobiles, tablettes ou écrans intégrés.
 
Le marché est très concurrentiel aussi bien sur les contenus proposés que sur la technologie, le mode de distribution et la qualité des vidéos. Pour faire face à ces défis, nous avions besoin de la puissance d’un opérateur industriel.

Concrètement, qu’Orange va-t-il apporter à Dailymotion?

Il s’agit tout d’abord de l’un des leaders de l’Internet mondial. Le groupe est présent en France, aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en Espagne, en Amérique latine ou encore en Pologne. Dailymotion va donc pouvoir profiter de sa force de frappe pour se développer.
 
Nous souhaitons ensuite réaliser des synergies technologiques. Les vidéos constituent les deux-tiers des contenus vus sur Internet. Se rapprocher d’un opérateur est donc le meilleur moyen d’offrir de la rapidité et de la qualité à nos utilisateurs.  
 
Pour quelles raisons avoir accepté qu’Orange puisse acquérir 100% du site à partir de 2013?

Les négociations portent aujourd’hui sur la possibilité qu’Orange devienne un actionnaire minoritaire. Cela nous semblait un bon compromis entre ce qui fait la force de Dailymotion, son autonomie et son agilité, et la puissance de l’opérateur.  
 
D’ici à 2013, le site sera peut-être à un niveau de développement qui nécessitera une intégration à Orange pour bénéficier de la totalité de sa force de frappe. Il est normal que le groupe souhaite de son côté sécuriser son investissement. Mais il ne s’agit que d’une option, toutes les portes sont ouvertes.

Quelles autres pistes sont évoquées?


Des discussions sont en cours pour que d’autres acteurs européens, américains ou asiatiques rejoignent cette alliance.
 
Dailymotion et Orange veulent créer une dynamique pour mettre en place une plateforme mondiale. Cela nous permettrait de pouvoir monter d’un cran face à nos concurrents, comme YouTube.   

Votre objectif est-il à terme de dépasser le site américain détenu par Google?

Nous ne réfléchissons pas comme ça. Nos équipes essayent tous les jours d’avoir les contenus les plus divers et de la meilleure qualité possible. Nous ne passons pas notre temps à regarder ce que les autres font autour de nous.
 
Dailymotion va aussi s’implanter dans de nouveaux pays, comme le Brésil, et prépare une version en arabe. Notre croissance est donc très rapide et nous ne sommes pas menacés par YouTube. L’explosion de la demande de vidéos sur Internet est telle qu’il y a de la place pour deux.